Boom commercial à maîtriser

Avec un peu plus de 80.000 mètres carrés de surfaces commerciales et 300 commerces, la ville de Marche est devenue un pôle commercial indiscutable.

placeholder
N.Dz

Avec un peu plus de 80.000 mètres carrés de surfaces commerciales et 300 commerces, la ville de Marche est devenue un pôle commercial indiscutable.

C’est ce que confirme une étude menée par un bureau et dont les grandes lignes ont été dévoilées par Bruno Bianchet, de l’Université de Liège et consultant.

Les conclusions interviennent à un moment important. "Aujourd’hui, nous n’avons plus les moyens de refuser pour une raison économique une grande surface, par exemple", constate le bourgmestre, André Bouchat (CDH).

Le diagnostic de l’enquête est plutôt favorable. "Marche a acquis un statut de petite ville bien équipée. Elle dispose d’une véritable zone d’influence et il n’existe pas de concurrence à proximité immédiate", souligne Bruno Bianchet.

En Luxembourg, elle se situe juste derrière Arlon, en termes de zone d’influence. Sa zone de chalandise couvre une population de 75.000 personnes. Elle s’affaiblit en direction de Ciney. Le commerce constitue 13 % de l’emploi local. Le potentiel, il est aussi lié au taux de pénétration très important (75 %).

L’entité marchoise représente à elle seule 50 % de la clientèle et, pour les communes limitrophes, le chiffre s’élève à 40 %. "C’est un très bon taux", souligne Bruno Bianchet. L’atout principal de la localité reste sa qualité urbaine. Les personnes sondées mettent également en avant la proximité et la concentration des magasins.

Autre constat : le boulevard urbain, entre les pôles de la Pirire et du Carmel, entraîne un déplacement progressif du centre de gravité du commerce. Plus un mètre carré n’est à vendre !

Certains dont le conseiller communal Philippe Hanin (CDH), craignent une concurrence négative pour le centre-ville. "Le boulevard aura un effet dynamogène sur le centre aussi", nuance Bruno Bianchet.

Dans les recommandations, l’étude insiste pour favàriser les liaisons entre le boulevard et le centre, plus précisément la place Albert 1er.