Bisbille sur la facture des pompiers à Namur

La zone nage toujours dans des eaux troubles, les communes se positionnent.

Luc Scharès
Bisbille sur la facture des pompiers à Namur
©D.R.

Alors, payable ou impayable cette refonte des services d’incendie qui devrait être opérationnelle dès le 1er janvier 2015 ? En ce moment, dans la zone Nage (qui va donc rassembler les anciens services de Namur, Andenne, Gembloux et Eghezée, couvrant ces 4 communes mais également six autres dites protégées que sont Gesves, Ohey, Assesse, Fernelmont, Profondeville et La Bruyère), les conseils communaux doivent discuter du financement de la nouvelle zone et du montant de leurs dotations.

Pour Gembloux par exemple, c’est au menu du conseil de ce mercredi soir. Dans les communes, c’est à Andenne que les débats sont les plus chauds. Le bourgmestre Claude Eerdekens (PS) a fait plus d’une sortie sur cette fusion des services d’incendie qu’il juge, à terme, "impayable". Au dernier conseil, l’opposition Ecolo et CDH ont voulu battre en brèche les arguments du mayeur. "La Ville ne souffrira pas de rupture budgétaire concernant sa dotation pour les pompiers puisque les 10 communes de la zone Nage ont décidé de répartir des montants investis par chaque commune en 2013 pour établir le premier budget de la zone en 2015", commente Hugues Doumont, chef de file des verts. "C’est donc une continuité, pour chaque budget communal concerné."

Namur comme pourvoyeur de fonds

Andenne donnera ainsi 873 000 euros pour les pompiers en 2015, "soit 6,05 % du budget de la zone alors qu’elle compte pour 12 % de la population". En fait, c’est Namur qui va être le gros pourvoyeur de fonds : 71 % du budget de Nage, alors qu’elle représente 49,5 % des habitants. Mais puisque la capitale wallonne dispose d’un corps de pompiers essentiellement composé de professionnels, les coûts y sont historiquement plus élevés. Bref, pour l’opposition andennaise, il n’y a pas de quoi crier au loup. Reste que la réforme fait l’objet d’un recours auprès de la Cour constitutionnelle.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...