Procès infanticide: possible que Valérie ait ignoré sa grossesse

Les experts estiment que, désemparée par la naissance, elle a pu perdre les pédales et tuer Nicolas.

Jacques Laruelle
20150318 - LIEGE, BELGIUM: Veronique C. accused (C), Lawyer Marc Preumont (L) and lawyer Genevieve Puissant (R) pictured at the jury constitution session of the assizes trial of the 47 year old Veronique C. before the Assize Court of Namur province in Namur, Wednesday 18 March 2015. Veronique C. is being accused of the murder on her baby in 2012 in Arbre, Profondeville. BELGA PHOTO SOPHIE KIP
20150318 - LIEGE, BELGIUM: Veronique C. accused (C), Lawyer Marc Preumont (L) and lawyer Genevieve Puissant (R) pictured at the jury constitution session of the assizes trial of the 47 year old Veronique C. before the Assize Court of Namur province in Namur, Wednesday 18 March 2015. Veronique C. is being accused of the murder on her baby in 2012 in Arbre, Profondeville. BELGA PHOTO SOPHIE KIP ©BELGA

Les experts estiment que, désemparée par la naissance, elle a pu perdre les pédales et tuer Nicolas.Est-il possible que Valérie, poursuivie pour infanticide devant les assises de Namur, ait pu ne pas discerner, comme elle le prétend, les signes d’une grossesse ? Peut-on, dans son cas, parler de déni de grossesse ? Des médecins - légistes et psychiatres - entendus mercredi à son procès, n’ont pas véritablement remis en cause son récit.

Valérie, 43 ans, avait déjà mis au monde six enfants lorsque, dans la nuit du 7 au 8 février 2012, elle a accouché seule dans la salle de bains. Son compagnon ne savait pas qu’elle était enceinte. Pas plus que ses trois enfants ou des proches et amis avec qui elle avait encore fait une marche de 20 kilomètres deux semaines plus tôt.

Elle avait abandonné le cadavre dans une poubelle devant chez elle. Personne n’aurait su qu’elle avait accouché si le chien du voisin n’avait pas ramené à son maître le corps congelé - on connaissait des nuits à -10° - de Nicolas. Elle, qui comparaît libre, et son compagnon, qui l’est toujours, ont choisi ce prénom.

Dix minutes pour accoucher

Valérie dit que la naissance a été très rapide. Elle s’est réveillé avec des douleurs abdominales, pensant à des coliques. Ce n’est qu’après avoir perdu les eaux, qu’elle s’est rendu compte de son état. Tout a alors été très vite, dit-elle. Ce qu’estime plausible le Dr Beauthier, qui dit que, pour une femme comme elle qui avait déjà accouché six fois, un délai de dix minutes est possible. Valérie dit qu’elle a serré son bébé contre elle, comme si elle voulait "le faire rentrer en elle" et qu’il est mort. Possible, dit encore le légiste qui dit que la mort peut survenir en "moins de 2 minutes". Toutefois, au regard de lésions sur les lèvres et le nez du bébé, il penche plutôt pour une compression manuelle plutôt que thoracique. "Mais il y a pu y avoir les deux", précise-t-il.

Trois abandons à la naissance

En cours d’enquête, Valérie, dont le QI de 126 la situe dans la moyenne supérieure, a été très précise sur certaines circonstances de l’accouchement, pouvant citer les draps, l’utilisation du rideau de douche. Par contre, pour tout ce qui concerne la mort de son bébé, elle n’a que peu de souvenirs.

Le collège d’experts (trois psychiatres et une psychologue) l’explique par une angoisse majeure, consécutive à la perte des eaux qui était inattendue pour cette femme. D’où une altération du jugement et une incapacité à se souvenir.

Ils ne mettent pas en doute le fait que, comme elle le dit, Valérie ignorait totalement qu’elle était enceinte. Ils ont étudié sa personnalité. Elle fonctionne sur le mensonge et la dissimulation. En témoignent un accouchement avec abandon à la naissance à Mons et deux accouchements sous X en France, consécutifs à des rencontres passagères que quasi tout le monde ignorait.

Dans ces trois cas, il n’était pas question de déni de grossesse. Ils les situent plutôt dans le cadre d’une personnalité névrotique qui recherche l’échec. En témoignent ses études universitaires abandonnées quasi à terme, ses relations amoureuses brèves, débouchant sur trois grossesses avec abandon, sur son incapacité à utiliser une contraception. "D’échec en échec, elle connaît une descente aux enfers. Totalement débordée, elle perd tout contact avec la réalité", a relevé un des trois psychiatres.