Rénovation du site hydroélectrique d'Andenne

La société EDF investit sur ce site pour les 40 prochaines années.

L. S.
Rénovation du site hydroélectrique d'Andenne

Hier après-midi, le pont-barrage légèrement en amont d’Andenne connaissait l’effervescence. Ce n’est pas tous les jours, il vrai, que le CEO (administrateur délégué) d’EDF Luminus et un ministre y sont de passage.

A l’occasion d’une rénovation majeure de son site hydroélectrique d’Andenne, Grégoire Dallemagne, CEO d’EDF Luminus, accueillait donc, sur le coup de 14h30, le ministre wallon des Pouvoirs locaux, de la Ville, du Logement et de l’Energie, Paul Furlan.

"L’opportunité est unique car, après plus de quarante ans de production, le site est en profonde rénovation pour étendre sa durée de vie. En effet, deux nouvelles turbines hydroélectriques sont en cours d’installation et seront visibles jusqu’au 7 septembre avant d’être emprisonnées pour trente ans dans la structure en béton. L’investissement consenti pour la rénovation du site garantira trente années de production d’énergie renouvelable", expliquait le producteur d’énergie.

Car si le grand public connaît surtout EDF Luminus pour ses éoliennes, ce producteur d’électricité est aussi le numéro 1 de l’énergie hydraulique en Belgique, avec sept installations (surtout sur la Meuse) qui, dit-il, "permet d’économiser chaque année de grandes quantités de combustibles fossiles et d’alimenter 60 000 familles en électricité renouvelable belge".

Un sérieux frein

Une bonne nouvelle pour l’environnement, à l’heure où la création de nouvelles structures (on parle surtout des éoliennes) semble connaître un sérieux frein en Wallonie et où l’épisode des certificats a refroidi tout le secteur des panneaux photovoltaïques, même si les primes existent toujours sous une autre forme…

Mise en place en 1980, la centrale hydroélectrique d’Andenne est une machinerie impressionnante, dont l’essentiel, évidemment, n’est pas visible puisqu’elle se situe sous l’eau : elle se compose de trois groupes turbine-alternateur d’une puissance totale de 9 150 kW. Elle fournit une production électrique annuelle de l’ordre de 40 000 MWh, soit l’équivalent de la consommation de plus de 11 400 ménages.

Il semble également que, chaque année, près de 200 tonnes de déchets sont retirés des grilles du chenal d’amenée, ce qui a permis d’éviter des émissions de CO2 qui se chiffrent en centaines de milliers de tonnes. Assurément, un investissement utile.