CFL et Desiro : homologuez le matériel !

Selon les Amis du Rail, la ligne 165 est en péril. Ils tirent la sonnette d’alarme.

Nadia Lallemant
CFL et Desiro : homologuez le matériel !

Selon les Amis du Rail, la ligne 165 est en péril. Ils tirent la sonnette d’alarme.Nouveau coup de gueule des Amis du Rail d’Halanzy. En cause ? Le retard pris dans l’homologation des trains Desiro, côté belge, et des rames CFL, côté grand-ducal. Sans homologation, le matériel ferroviaire ne peut plus franchir la frontière. Les trains transfrontaliers sont remplacés par des autobus.

"La liaison ferroviaire Athus-Rodange est, depuis trois mois, remplacée par des bus de substitution", déplore Michaël Jacquemin, porte-parole de l’ASBL Les Amis du Rail. "En effet, les trains Desiro de la SNCB ne sont toujours pas homologués pour rouler sur le réseau grand-ducal. Pour les rames CFL, la demande faite il y a trois mois, suite à l’équipement du système européen de contrôle des trains, est toujours en attente."

Des spécificités propres

Les Amis du Rail regrettent que chaque réseau ait toujours ses propres spécificités. "A partir du 2 juin prochain, les relations Luxembourg-Virton, via Rodange, qui sont effectués avec du matériel CFL, seront stoppées à cause de cette absence d’homologation des rames CFL sur le réseau SNCB, avec le nouveau système européen", poursuit le porte-parole de l’ASBL. "Si la SNCB ne met pas du matériel en supplément pour assurer la liaison Virton-Athus, avec des Desiro, le train sera remplacé par des bus de substitution pour une période indéterminée avec toutes les conséquences que cela engendrera."

Michaël Jacquemin précise que l’association a contacté le ministre de la mobilité François Bellot pour tirer la sonnette d’alarme à propos de la ligne 165 et qu’il l’a informé que la procédure d’homologation des locomotives CFL était en cours. Le ministre a, dit-il, confirmé avoir rencontré son homologue luxembourgeois.

La réponse aux demandes aurait été apportée. Il ne s’agirait plus que d’un délai "nécessaire" pour l’officialisation des homologations. "Nous espérons qu’une solution rapide interviendra avant le 2 juin afin de ne pas mettre en péril la ligne 165", conclut Michaël Jacquemin. "Les voyageurs sont, par ailleurs, toujours en attente d’une tarification transfrontalière attractive."