Accusations de maltraitance à Jambes : l’hôpital réagit

La direction de Saint-Martin réfute les accusations du Dr Misson.

Julien Van Espen
Accusations de maltraitance à Jambes : l’hôpital réagit

Fin mai, le Dr Arnaud Misson, un ancien médecin de l’hôpital Saint-Martin de Dave, dénonçait des faits de maltraitance qui se seraient déroulés au sein de l’établissement. Après plusieurs semaines de silence, l’hôpital a réagi à ces accusations à travers un communiqué.

"Le Dr Misson insinue qu’une culture de l’agressivité et de la peur régnerait au sein de notre hôpital, les patients en étant les victimes. Vu que ces dénigrements perdurent, nous nous devons de réagir au nom de nos patients et de notre personnel."

En 2013 , le Dr Misson a déposé plainte et incriminé un membre du personnel de faits de maltraitance à l’égard de patients de son service. Une enquête a été ouverte. "Nous ne connaissons toutefois pas les éléments concrets de l’instruction. La direction collabore pleinement au processus judiciaire toujours en cours. Nous réfutons les accusations du Dr Misson. Notre personnel prodigue quotidiennement des soins en santé mentale modernes, de qualité, avec professionnalisme et expertise. Nous sommes conscients des risques d’incidents en psychiatrie et mettons tout en oeuvre pour les éviter. Néanmoins, lorsqu’un incident se produit, il est géré de manière appropriée. En effet, la possible contention d’un patient en crise relève de procédures instaurées, respectées et contrôlées. Le recours à celles-ci fait continuellement l’objet de réflexions internes ainsi que de vérifications et de validations externes."

"Contraire à l’éthique"

La direction de l’hôpital poursuit ainsi : "Nous présumons que cette campagne de diffamation est motivée par une rancœur nourrie par le Dr Misson à l’encontre du CNP Saint-Martin. Nous trouvons toutefois contraire à l’éthique que des patients et des membres du personnel soient utilisés de la sorte. Enfin, nous déplorons fortement que le Dr Misson porte amplement et publiquement de telles accusations."

La direction du CNP Saint-Martin communiquera davantage lorsqu’elle disposera de plus d’informations officielles.JVE