Bastogne Barracks reste gratuit

Le centre d’interprétation de la Seconde Guerre mondiale attire chaque année plus de 20 000 visiteurs

David Martin
Bastogne Barracks reste gratuit

Bastogne Le centre d’interprétation de la Seconde Guerre mondiale attire chaque année plus de 20 000 visiteurs

Le Musée royal de l’Armée est présent à Bastogne, depuis 2010, avec son centre d’interprétation de la Seconde Guerre mondiale. Le site attire chaque année plus de 20 000 visiteurs lors de visites guidées. Didier Giorgetti, le responsable des relations publiques, considère que Bastogne Barracks est bien plus qu’un musée. "Parce que c’est véritablement ici que l’Histoire s’est déroulée. Les murs de Bastogne Barracks transpirent l’Histoire."

Au cœur de ce centre d’interprétation, on retrouve d’abord la célèbre cave Mc Auliffe depuis laquelle le général américain a formulé sa fameuse réponse laconique : "Nuts". Il y a aussi la pièce dans laquelle il a partagé, avec ses officiers, le repas de Noël 1944.

Autour de ces deux lieux chargés d’Histoire, il y a beaucoup de choses à voir. Différentes expositions très bien réalisées proposent un hôpital de campagne, une cuisine, une salle de fouilles, du matériel radio… Sans oublier les halls qui présentent de très nombreux véhicules militaires. Des chars qui appartenaient aux Américains, aux Allemands, aux Russes ou encore aux Anglais. "Une bonne centaine de véhicules en relation avec la Seconde Guerre mondiale."

Une trentaine de militaires travaillent à la restauration de véhicules. Au profit du Musée royal de l’Armée mais aussi pour certaines villes qui doivent par exemple rénover un char. Bastogne Barracks propose uniquement des visites guidées. "Sept guides très motivés se répartissent les visites six jours sur sept."

Deux visites par jour

Durant l’été, deux visites sont prévues à 10 h et 14 h du mardi au dimanche. En dehors de ces créneaux, il est possible de convenir d’un rendez-vous pour les groupes de plus de vingt personnes. Il avait été question de passer à une entrée payante mais le projet a été rangé dans un tiroir. La visite est toujours totalement gratuite et commentée en français et en anglais. Le néerlandais est également possible si le guide est disponible.