Dinant : Richard Fournaux conteste le montant qu’il doit à ses avocats

S.M.
20101011 - DINANT, BELGIUM: Dinant's mayor, Richard Fournaux pictured in front of Dinant justice palace on the first day of the trial of Richard Fournaux at Dinant criminal court for the fraud case concerning the casino of Dinant, Monday 11 October 2010, in Dinant. Fournaux is accused of falsification of text and the use of false documents in the offer request leading to the commission of a new administrator of the casino in Dinant. The Accor group was choosen and succeeded to the Mantia family who was also candidate. BELGA PHOTO MICHEL KRAKOWSKI
20101011 - DINANT, BELGIUM: Dinant's mayor, Richard Fournaux pictured in front of Dinant justice palace on the first day of the trial of Richard Fournaux at Dinant criminal court for the fraud case concerning the casino of Dinant, Monday 11 October 2010, in Dinant. Fournaux is accused of falsification of text and the use of false documents in the offer request leading to the commission of a new administrator of the casino in Dinant. The Accor group was choosen and succeeded to the Mantia family who was also candidate. BELGA PHOTO MICHEL KRAKOWSKI ©BELGA

Son conseil a demandé hier, devant le tribunal civil, l’avis de la Commission des honoraires.

Richard Fournaux doit près de 400 000 € à ses avocats qui l’ont défendu dans le dossier du casino de Dinant où, rappelons le, il a été acquitté. Les sommes sont rondelettes : 224 957 € à Me Remy et 125 556 € à Me Causin. Tellement rondelettes qu’il est incapable de régler l’addition. Aujourd’hui, il conteste même le montant total de ces honoraires et demande à ce que le tribunal demande l’avis de la Commission des honoraires des avocats qui se prononcerait sur le montant réclamé mais s’assurerait également que les conseils du bourgmestre ont agi déontologiquement durant la période où il ont défendu le bourgmestre de Dinant.

"Nous ne disposons pas des taux horaires ni de timesheet. Il nous est dès lors impossible de chiffrer avec exactitude le montant exact, raison pour laquelle nous sollicitons l’avis de cette Commission", commente Me Lemmens qui représente Richard Fournaux.

Jointe à la cause lors d’une précédente audience, la Ville de Dinant est restée légèrement en retrait. Richard Fournaux estime que s’il n’avait pas été acquitté dans le dossier du casino, elle aurait dû payer des indemnités à la partie civile. La Ville doit donc intervenir à ses yeux. "Si la Ville devait être débitrice, alors ces honoraires sont contestés", a lancé Me Bayer.

Des dizaines de milliers d’euros

Au cours de la procédure , Richard Fournaux a déboursé plusieurs dizaines de milliers d’euros de provisions à ses conseils. 17 000 € à Me Remy et 50 000 € à Me Causin sur des provisions bien plus élevées qu’il n’a pas pu entièrement payer.

Aujourd’hui, et c’est une nouveauté, il conteste les 400 000 € qu’il leur doit. Ce que regrettent les conseils de Me Remy et Me Causin qui ne veulent pas de l’avis de la Commission des honoraires "Nous n’avons aucun message écrit de Richard Fournaux marquant son accord avec nos honoraires mais il n’a jamais rien contesté non plus. Il ne disait d’ailleurs pas qu’il n’était pas d’accord avec ces montants, il se demandait comment il allait les payer. Il avait été voté lors d’un conseil communal que la Ville intervienne dans le payement. On peut appeler ça une reconnaissance de dette. Richard Fournaux a par ailleurs réglé les notes de 30 autres dossiers. Il savait donc à quoi s’attendre. Et voila que maintenant, au moment de payer, on passe des louanges à l’ingratitude. On reprocherait presque à ses avocats d’avoir été jusqu’au bout de ce dossier malgré que les provisions n’ont pas toutes été payées. C’est toujours la facture qui fâche."

Le tribunal rendra son jugement le 1er décembre.