Arlon: quatre plaintes pour viol chaque jour

Laurence Brasseur
Arlon: quatre plaintes pour viol chaque jour
©Photo News

La campagne du ruban blanc revient pour ne pas banaliser cette violence.

La campagne du ruban blanc est née au lendemain de la tuerie de 14 femmes par un misogyne à Montréal le 25 novembre 1989. Chaque année depuis 13 ans, la Province de Luxembourg participe à la campagne. Elle organise avec son service Égalité des chances du pôle social et santé, en collaboration avec les partenaires locaux, une multitude d’événements dans le cadre de la campagne du ruban blanc.

" Cela pourrait sembler récurrent de revenir chaque année avec cette campagne. Mais il faut taper sur le clou pour ne pas tomber aux oubliettes. Rester vigilant et changer lentement les mentalités. Dans nos parquets, quatre plaintes pour viol sont déposées chaque jour. Il est important de rappeler aux femmes de déposer plainte lorsqu’elles sont maltraitées physiquement, sexuellement et psychologiquement par leur conjoint ", insiste la députée provinciale aux affaires sociales Nathalie Heyard.

Se reconstruire à travers l’illustration

La Marchoise Emilie Ringlet a 18 ans quand elle rencontre un homme violent, humiliant et violeur. Cinq ans après leur rupture, Emilie découvre sur les réseaux sociaux la nouvelle petite amie de son ex. Une jeune femme qui porte également des traces de coups. Elles découvrent que l’homme a fait d’autres victimes. Ensemble, elles déposeront une plainte qui conduira à sa condamnation.

Cette étudiante en graphisme s’inspire de son histoire pour tenter de se reconstruire à travers l’illustration. Elle réalise son travail de fin d’études sur son vécu. " Le dessin et l’écriture m’ont aidée à faire le vide à 80-90 %. J’ai vu une psychothérapeute qui s’est chargée du reste. Avant cela, je culpabilisais, je n’osais pas en parler, même à mes proches. C’est une plaie ouverte qu’il faut soigner. Cela n’aurait pas été possible sans le soutien des autres filles ", explique la jeune femme.

Un travail intitulé Créer pour (s’)oublier décliné en une exposition à voir jusqu’au 16 décembre à l’Espace Wallonie, place Didier 42 à Arlon. Programme complet : 063/212.229L.B.