Pont-à-Celles: un nouveau recours au conseil d’Etat pour le parc éolien

Jean van Kasteel
Pont-à-Celles: un nouveau recours au conseil d’Etat pour le parc éolien

Dans le dossier du parc éolien joint sur les entités de Courcelles et Pont-à-Celles, les autorités communales pont-à-celloises viennent de lancer un nouveau recours auprès du conseil d’Etat.

Un premier recours avait déjà été lancé contre ce projet : c’est la société Ventis, basée à Tournai, qui souhaite installer et exploiter un parc de 8 éoliennes. L’entreprise avait rentré une demande de permis, qu’elle a finalement reçu du ministre wallon de l’Aménagement du Territoire, Carlo Di Antonio (CDH).

L’implantation est prévue le long de la rue Fontaine de la Justice, qui relie Pont-à-Celles centre à Gouy-lez-Piéton : 7 éoliennes au sud, à Courcelles, et une sur le territoire pont-à-cellois. Mais les élus de Pont-à-Celles partagent le point de vue du fonctionnaire délégué de la Région, qui avait remis un avis défavorable sur cet octroi de permis : "Je suis favorable aux énergies alternatives, bien sûr, nous avons d’ailleurs 8 éoliennes à Obaix. Mais dans ce cas-ci, ça ne va pas", a expliqué Christian Dupont (PS). Ce second recours arrive alors que Ventis a commencé à prendre des dispositions pour débuter l’installation. "Nous devons réagir."

Les citoyens sont dérangés

Les griefs viennent de plusieurs points : l’effet "coincé sous les éoliennes, pour les citoyens", détaille le conseiller Jean-Philippe Vandamme (CDH). "Et le fait que ce parc rapportera beaucoup d’argent à Courcelles, alors que les nuisances seront chez nous." En effet, à Obaix, le bruit des éoliennes dérange les citoyens.

A Courcelles, par contre, on ne comprend pas la position des voisins : "Nous allons bientôt adopter un plan ambitieux de gestion des énergies vertes, et nous comptons sur ce parc."