Namur : "Le téléphérique restera un outil touristique"

La question des tarifs et horaires a été soulevée

Namur : "Le téléphérique restera un outil touristique"
©BELGA
L.T.

L’abonnement au téléphérique de la citadelle de Namur et son usage par les citoyens a fait débat au conseil communal de mardi. Un bel outil, mais qui doit sans doute être encore amélioré vu sa jeunesse. Notamment au niveau des tarifs et des horaires, applicables à la prochaine rentrée scolaire.

"Avec leur abonnement, les étudiants pourront l’emprunter pour aller à l’école entre 7h et 10h du matin. Mais le soir, ils devront attendre jusqu’à 17h s’ils souhaitent à nouveau le prendre et s’ils disposent d’un autre abonnement : l’abonnement touristique qui couvre la plage horaire entre 10 et 17h. Ce qui signifie un coût supplémentaire de 32 euros par an, en plus des 85 euros déjà à mettre sur la table. Et pour les travailleurs, l’offre est aussi alléchante. Mais ce qui nous fait tiquer, ce sont les 3 mois il sera impossible de le prendre, car en dehors de la période scolaire. L’offre mobilité doit être revue", s’inquiète Loïc Demarteau (DéFi). Il sera suivi sur ce point par les autres partis de l’opposition qui s’abstiendront lors du vote. Maxime Prévot est étonné et réplique : "L’outil a été construit d’un point de vue touristique ! Et aujourd’hui, il restera principalement un outil touristique."