A Yvoir, solidarité pour sauver les commerces des intempéries

Comme dans pratiquement toutes les communes qui avaient été épargnées mardi soir et ce mercredi par les intempéries, on s’est laissé surprendre par la montée des eaux rapides, ce jeudi matin à Yvoir, petite commune entre Namur et Dinant.

A Yvoir, solidarité pour sauver les commerces des intempéries
©BELGA
S.M

En un peu moins d’une heure, le Bocq est sorti de son lit et a envahi les rues du centre-ville. "Je suis infirmière. Quand je suis rentrée de ma nuit vers 7 h 00 du matin, l’eau commençait à monter. En l’espace de 30 minutes à une heure, il y avait de l’eau partout. Dans le centre d’Yvoir, deux ponts passent au-dessus du Bocq. L’un d’eux n’était plus praticable. Pour l’autre, c’était tout juste", explique Paulina Edouard.

La maison communale a été touchée, à l’instar des habitations et des commerces. Commerces pour lesquels une chaîne de solidarité s’est rapidement mise en place. "On s’est d’abord tous posé quelques questions puis on s’est naturellement rassemblés pour s’entraider", poursuit cette infirmière. Entre 30 et 40 personnes se sont ainsi réunies pour tenter de sauver ce qui pouvait l’être. "Il y avait beaucoup de jeunes. On a évacué des produits et du matériel d’une boulangerie, d’une librairie, d’une boucherie et d’une friterie. La pizzeria Mona Lisa a pu accueillir, dans son couloir, les produits de la librairie. Le reste a été mis dans l’église d’Yvoir située juste à côté."

En un peu plus de deux heures, tout ce qui pouvait être sauvé a été évacué. Pour le reste, il a fallu se résoudre à accepter certaines pertes, puisque l’eau a évidemment réussi à s’infiltrer dans les caves de ces commerces. "J’avais de l’eau jusqu’aux genoux. Il y a inévitablement eu des dégâts. Des congélateurs sont désormais hors d’usage et vu les coupures d’électricité suite à ces inondations, les marchandises congelées vont aussi finir à la poubelle."