Namur: décision mi-septembre concernant une plainte au sujet de la vaccination des jeunes

Les demandeurs attendent que les autorités wallonnes rendent obligatoire le consentement des parents pour tous les mineurs qui souhaitent se faire vacciner.

Namur: décision mi-septembre concernant une plainte au sujet de la vaccination des jeunes
©SHUTTERSTOCK

Le tribunal de première instance de Namur, siégeant en référé, a entendu, mercredi en fin d'après-midi, les arguments des parties au sujet d'une plainte visant les démarches des autorités publiques pour convaincre les jeunes de se vacciner contre le coronavirus. Une petite dizaine de parents, représentés par Me Arnaud Jansen, demandent au tribunal d'enjoindre les autorités à se conformer à la loi sur le droit des patients. Le tribunal rendra une décision au plus tard le 14 septembre.

Les demandeurs attendent que les autorités wallonnes rendent obligatoire le consentement des parents pour tous les mineurs qui souhaitent se faire vacciner contre le Covid-19. "Il s'agit d'une population plus influençable, que la loi sur le droit des patients protège", a déclaré Me Jansen. Cette loi, du 22 août 2002, garantit au patient le droit à un consentement libre et éclairé, et donc le droit à l'information. Depuis plusieurs semaines, la vaccination contre le Covid-19 pour les mineurs est autorisée en Belgique. En Wallonie, l'Agence pour une Vie de Qualité (AVIQ) a déjà envoyé des invitations à l'adresse de ceux-ci. L'autorisation des parents est requise pour les mineurs âgés de 12 à 15 ans, mais pas pour ceux qui sont âgés de 16 à 17 ans. Pour les demandeurs, ces jeunes-là ne sont dès lors pas suffisamment protégés. Ils estiment qu'ils devraient bénéficier d'une information délivrée par un médecin avant la vaccination. Le fait qu'ils soient simplement invités à consulter un médecin ne suffit pas. Ils fondent également leur demande, dans une moindre mesure, sur la loi relative à l'expérimentation humaine. Celle-ci relève que, dans la cadre de sa mise en vente, un médicament doit toujours faire l'objet d'essais en différentes phases, ce qui n'a pas été le cas du vaccin contre le Covid-19.

Sur le même sujet