Le père de l'adolescent violemment agressé à Namur ne décolère pas: "Que la justice fasse un exemple avec eux"

Le père de la jeune victime de 15 ans ne décolère pas et veut faire bouger les choses.

Le père de l'adolescent violemment agressé à Namur ne décolère pas: "Que la justice fasse un exemple avec eux"
©D.R.
La rédaction

"Ils ont fait un exemple avec mon fils, je veux que la justice fasse un exemple avec eux". Deux jours après la violente agression dont son fils de 15 ans a été victime à Namur, Patrick ne décolère pas. "La police m'a demandé de calmer un peu le jeu le temps de l'enquête mais je ne compte pas arrêter. Je veux que ça prenne de l'ampleur et que ça bouge tant que c'est chaud."

Lundi en fin d'après-midi, son fils a violemment été agressé par cinq individus. L'ado attendait un ami devant la gare de Namur lorsqu'il a été accosté par deux jeunes. Selon lui, ces derniers ont voulu consulter son téléphone et plus particulièrement ses messages. Ils lui ont ensuite demandé de le suivre. En chemin, ils ont été rejoints par trois autres jeunes. C'est à l'Avenue Jean 1er de la Citadelle de Namur que les coups ont été portés durant près d'une heure. "Mon fils flirtait avec une jeune fille d'origine tchétchène. Ils lui ont clairement dit qu'un non-Tchétchène ne pouvait pas sortir avec une Tchétchène et qu'ils voulaient en faire un exemple pour les autres. L'un d'eux à même sorti un couteau et voulait l'égorger. C'est un de la bande qui a dit non. Ce qui est d'autant plus choquant est que ces jeunes n'ont rien à voir avec la famille de la jeune fille. Ce sont des personnes de son entourage, des intégristes au sein de cette communauté."

Le parquet de Namur évoquait un règlement de compte entre personnes qui se connaissaient, encore ce mercredi. "C'est faux. Mon fils ne fait pas partie d'une bande. Il ne les connaissait que de vue. C'est une agression totalement gratuite. Une punition, un lynchage. Il s'en sort avec le nez cassé et un visage complètement tuméfié", poursuit Patrick qui ne compte pas en rester là.

Ce Namurois compte en effet organiser rapidement une manifestation contre les agressions à Namur. Celle de son fils a pris énormément d'ampleur, notamment via les réseaux sociaux. "Mais je reçois énormément de témoignages de jeunes qui se plaignent de l'insécurité. Ils disent se dépêcher lorsqu'ils doivent prendre un bus, ils n'osent plus passer près du parc Marie-Louise et évitent la rue Godefroid, etc. Depuis deux ou trois ans, il y a vraiment de gros problèmes autour du quartier de la gare."

Il veut réaliser une marche blanche, peut-être déjà ce dimanche, de la gare jusqu'aux Jardins du Maïeur. "La justice doit faire le nécessaire et les autorités communales aussi."