Namur: Fabre et sa tortue ciblés par les féministes

Un message féministe a été placardé sur la citadelle, ce mardi matin. Il vise l’artiste flamand accusé de harcèlement sexuel à l’encontre de femmes.

L'Avenir
Namur: Fabre et sa tortue ciblés par les féministes
©EDA-Florent Marot

Elles étaient huit. Un chiffre symbolique en ce 8 mars, journée mondiale des droits de la femme. Féministe revendiquée, la bande de copines s'est réunie à la Citadelle, ce mardi matin, à 10 h, avec un objectif: s'attaquer à l'artiste Jan Fabre dont la sculpture à l'effigie d'une tortue, Searching for Utopia, domine la ville. Une posture arrogante? En tout cas, pour ces filles, l'artiste flamand est le prototype même du mâle phallocrate. "Parce que c'est un artiste un peu fou, on lui permet tout", lâche l'une d'elle. "Cet homme est actuellement en procès pour attentat à la pudeur et harcèlement sexuel. Une vingtaine de danseuses et danseurs se sont plaint·e·s dans une lettre ouverte d'avoir subi pression psychologique, "humiliation" et même chantage à caractère sexuel", renchérit une autre.

C'est par un message collé sur le mur, en contrebas de l'œuvre d'art, que les militantes ont exprimé leur ras-le-bol. "Résolution 8/3/2022: avoir la confiance en soi d'un mec cis médiocre". "Cela fait référence à un slogan féministe connu, notamment repris par Pauline Harmange, autrice du livre Moi les hommes, je les déteste", explique l'une des féministes.