Tribunal correctionnel d'Arlon : une affaire sordide à huis clos

Une fillette de dix ans en a été victime. Les juges ont estimé que les débats et les plaidoiries resteront secrets

Christian Van Herck
Tribunal correctionnel d'Arlon : une affaire sordide à huis clos
©EDA
Mercredi matin, l'avocate MeDorothée Kauten, a pris la parole avant que le juge Jean-Paul Pavanello, qui préside le tribunal correctionnel d'Arlon composé de trois juges, n'ouvre les débats:"Monsieur le président, je représente une des parties civiles. Les faits concernent une jeune fille mineure d'une dizaine d'années. Cette affaire est extrêmement délicate. Afin...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité