La Reine Mathilde en visite dans un camp de guides accueillant des personnes porteuses de handicaps

La Compagnie Cassiopée de la 50e Unité Reine Astrid de Louvain-la-Neuve a reçu la visite de la Reine dans son camp d’été à Lavaux-Sainte-Anne. Elle a la particularité d’accueillir cinq jeunes filles porteuses d’un handicap.

La Reine Mathilde en visite dans un camp de guides accueillant des personnes porteuses de handicaps
©Belga

La Reine Mathilde a rendu visite, lundi matin, à une trentaine de filles âgées de 11 à 15 ans, dont certaines sont atteintes d'un handicap, présentes à Lavaux-Ste-Anne (Rochefort) dans le cadre d'un camp d'été des Guides catholiques de Belgique.

Accueillie par les guides à 9h30, la Reine Mathilde a ensuite fait le tour du camp et s'est entretenue avec plusieurs d'entre elles au sujet des constructions, des repas ou encore de la totemisation. Elle a ensuite participé avec les jeunes guides à un jeu de mémoire, de reconnaissance d'empreintes d'animaux et de mimes sous forme du téléphone sans fil. En fin de visite, la Reine Mathilde a reçu en cadeau un foulard de ce mouvement de jeunesse.

La Reine Mathilde visite un camp d'été des Guides catholiques à Rochefort

Lors de sa présence, la Reine a également pu échanger sur l'inclusion des personnes souffrant d'un handicap eu sein de cette unité de Guides.

Créée en 2006, la Compagnie Cassiopée de la 50ème Unité Reine Astrid de Louvain-la-Neuve à laquelle la Reine a rendu visite a en effet la particularité d'accueillir cinq jeunes filles porteuses d'un handicap, physique ou mental. "Nous accueillons une jeune fille malvoyante, deux autres atteintes de trisomie, une souffrant d'hémiplégie et une dernière dont la santé est beaucoup plus fragile que les autres", explique l'animatrice responsable Alicia de Wilde.

"Il y en a une par patrouille, sauf une qui n'en a pas. Les guides s'occupent tout le temps d'elles. Les chefs aident par ailleurs au niveau de la logistique comme lorsqu'il faut adapter des jeux pour les rendre plus inclusifs, donner des soins, gérer l'alimentation, la toilette, ... Cela implique plus de responsabilités mais lorsqu'on s'inscrit dans cette unité, c'est qu'on a envie de vivre avec cet esprit d'ouverture", dit encore Alicia de Wilde.