"Sous les figues" sacré meilleur film à la 37e édition du FIFF à Namur

"Sous les figues" de la réalisatrice franco-tunisienne Erige Sehiri a reçu le Bayard d'or du "Meilleur film" vendredi lors de la 37e édition du Festival international du film francophone (FIFF) à Namur.

Belga
"Sous les figues" sacré meilleur film à la 37e édition du FIFF à Namur
©FIFF

"La gravité" de Cédric Ido a pour sa part récolté les faveurs du jury présidé par la productrice Annabella Nezri. "Sous les figues" prend racine durant la récolte estivale, où les arbres fruitiers sont le théâtre des relations qui se nouent et se dénouent entre (jeunes) hommes et femmes.

Dans un tout autre registre, "La gravité" du réalisateur franco-burkinabè déroule un drame fantastique narrant comment un alignement des planètes jouant sur la gravité va bouleverser l'équilibre d'une cité.

Le Bayard du "Meilleur scénario" a de son côté été attribué à Louis Garrel, Tanguy Viel et Naïla Guiguet pour le film français "L'innocent". Cette comédie raconte l'histoire d'Abel, qui apprend que sa mère va se marier avec un homme sous le coup d'une peine d'emprisonnement. Soutenu par Clémence, sa meilleure amie, il va tout faire pour essayer de protéger sa mère. Mais sa rencontre avec Michel, son nouveau beau-père, change le cours des choses.

La "Meilleure interprétation" a couronné le comédien roumain Iulian Postelnicu dans "Des gens bien" de Paul Negoescu. L'acteur y endosse le rôle d'Ilie, chef de la police d'un village du nord de la Roumanie en prise avec toutes sortes d'illégalités et abus de pouvoir.

Quant au "prix de l'imaginaire égalitaire" Agnès, c'est la Française Blandine Lenoir qui s'en est vu honorée pour son "regard original et novateur" avec "Annie Colère". Dans ce long métrage, la réalisatrice se penche sur les avortements illégaux, la solidarité envers les femmes et le partage des savoirs dans la France des années 1970.

Les cinq membres du jury ont en outre décerné le Bayard de la "Meilleure première Œuvre" au réalisateur français Steve Achiepo pour son "Marchand de sable".