Une peine de 37 mois, qui pourrait être assortie d’un sursis, est réclamée

Le parquet de Namur a réclamé ce jeudi une peine de 37 mois de prison à l’encontre de l’un des carteurs marseillais condamnés le 14 novembre dernier et qui fait opposition. Le parquet ne s’oppose pas à un sursis mais réclame le remboursement de la somme dérobée, à savoir 9800 euros.

Condamné par défaut à 4 ans de prison le 14 novembre dernier car il n’avait pas pu être cité à comparaître, un membre de la bande des carteurs marseillais a décidé de faire opposition. 5 des 88 préventions attribuées à la bande le concernent. En 2017, l’espace d’un week-end et avec l’aide d’un complice, il a dérobé près de 20.000 euros dans des distributeurs automatiques d’argent. Par une manœuvre, ils parvenaient à subtiliser la carte et le code de leurs victimes, pour la plupart des personnes âgées, avant de vider leurs comptes. "Mon client est connu en France mais n’y a pas été condamné. Il est un de ceux qui ont commis le moins de faits et réside en Belgique où il essaie de s’insérer, mais ne s’est pas présenté devant le tribunal par peur d’une arrestation immédiate. Il a écrit au tribunal une lettre maladroite dans laquelle il présente ses excuses et exprime sa peur de venir devant le tribunal car il a un enfant et ne veut pas en être séparé. Il n’est plus venu en Belgique depuis les faits, commis en 2017.

Le prévenu reconnaît les préventions à sa charge. Son avocate demande pour lui une nouvelle peine assortie d’un sursis simple, au vu de ses aveux.

Jugeant l’opposition recevable, le substitut Delannay ne s’oppose pas à un sursis pour la peine de 37 mois qu’il réclame. "L’objectif est de le dissuader de commettre à nouveau des écarts. Une telle peine avec sursis représente une belle épée de Damoclès au-dessus de sa tête." Le substitut confirme la demande de remboursement de 9800 euros dérobés, la moitié de la somme de 20.000 euros dérobée avec l’aide d’un complice.

Jugement le 16 janvier.