Selon lui, la version de la victime n'est pas compatible avec les blessures constatées.

Début janvier, deux policiers de Bruxelles-Capitale/Ixelles, ont comparu devant le tribunal correctionnel de Dinant. Tous deux sont soupçonnés d'avoir tabassé et humilié un voyageur de la SNCB, en février 2014 à Ciney. La victime, âgée de 34 ans au moment des faits, présentait une fissure costale et des fractures au niveau du nez. Selon elle, les policiers l'ont obligé à rester à genou, mains menottées dans le dos. Durant plusieurs minutes, il aurait reçu de nombreux coups de pied au visage. « J'ai arrêté de compter après dix », déclarait-il dans ses auditions. Ce que contestaient les policiers. « On l'a mis a genou pour éviter de recevoir des coups. Dans le local, il a perdu l'équilibre et est tombé tête la première sur un radiateur. »

Pour faire la lumière sur ce dossier, le médecin légiste qui a examiné la victime a été entendu ce mercredi matin à l'audience. Ses déclarations vont dans le sens des deux policiers. « Il y a un hématome assez modéré et plusieurs fractures mais ce sont des os assez fragiles, qui se situent tous dans la même zone. Un coup de poing peut avoir provoqué ça, une chute également. Quant à la fissure costale qui se trouve du même côté que les blessures au visage, elle peut être survenue également lors d'une chute, le bras faisant office de levier. S'il y avait eu plusieurs coups de pied violents, il y aurait eu hémorragie des tissus sous-cutanés, un enfoncement maxillaire et il aurait été plus tuméfié que cela. » Réquisitoire et plaidoiries sont fixés au 13 novembre.