Interdites jusqu'à fin avril, les visites pourraient être autorisées dans certaines maisons de repos communales namuroises à partir de début mai, a indiqué lundi le bourgmestre de Namur, Maxime Prévot. 

Une décision sera prise par le CPAS au cas par cas d'ici la fin du mois. Elle sera basée sur les tests de dépistage réalisés ces derniers jours en collaboration avec le CHR Sambre et Meuse et l'université de Namur. Les portes du home d'Harscamp resteront certainement closes. C'est celui qui a été le plus impacté par le Covid-19 sur le territoire namurois. Outre quelque 25 décès sur 100 résidents, les tests ont montré que 60% des occupants et 21% du personnel y sont infectés par le virus. Une réorganisation de l'établissement va ainsi être mise en place ainsi que des mesures spécifiques pour accompagner les malades.

A contrario, la maison de repos la Closière a été épargnée. Sur 176 tests, 169 ont été analysés et ils sont tous négatifs, a souligné Maxime Prévot.

Trois autre maisons de repos sont publiques. La décision d'autoriser ou non les visites sera prise au cas par cas par le CPAS et communiquée par son président, Philippe Noël. En outre, les autorités fixeront diverses conditions d'accès.