Les différents hôpitaux de la province de Luxembourg comptaient, mardi matin, 190 patients hospitalisés pour le Covid-19. Le pic de la première vague avec 125 patients hospitalisés, les 6 et 7 avril derniers, est dès lors dépassé, a annoncé mardi l'intercommunale luxembourgeoise de soins de santé, Vivalia, gestionnaire des différents hôpitaux, lors d'un point presse. La capacité maximale, prévue par l'ultime phase 2B d'urgence hospitalière, est quasi atteinte. Au total, 39 patients se trouvent actuellement en soins intensifs au sein des hôpitaux Vivalia alors que la capacité actuelle, dans la phase 2B actuelle, est de 42 lits. En l'espace de 15 jours, la croissance de patients admis en soins intensifs a été de 125% et de 148% dans d'autres unités. Le nombre maximum de patients Covid en soins intensifs, lors de la première vague, avait été de 28 patients.

"Il y a un mois, personne n'aurait imaginé une telle ampleur avec une deuxième vague plus importante", indique le directeur général de Vivalia, Yves Bernard.

"Nous sommes au bout de la phase 2B", explique pour sa part le directeur médical de Vivalia, Dr Didier Neuberg. La possibilité de créer des "lits intermédiaires avec de l'oxygène" est évoquée. Un budget de 300.000 euros vient aussi d'être dégagé pour l'achat de respirateurs. Même si Vivalia dispose encore de capacités, des transferts de patients pourraient bientôt être mis en place, vers des hôpitaux en Flandre où il y a encore de la place, l'Allemagne ou le Grand-Duché de Luxembourg.

"Nous avons aussi toujours dit que nous jouerions la carte de la solidarité si on nous demandait d'accueillir des patients. Mais à partir du moment où il n'y plus que 3 ou 4 lits disponibles, le fédéral ne nous sollicitera à priori pas", poursuit Dr Neuberg. Le directeur médical de Vivalia indique encore que la question de choix entre les patients admis en clinique "n'est pas à l'ordre du jour".

En terme d'absentéisme, le nombre d'équivalents temps-plein est de 140 dont 75 en nursing et ce alors que Vivalia est déjà en sous-effectifs au niveau du personnel infirmier.

Vivalia espère compter sur la mise à disposition d'étudiants de dernière années venant des écoles d'infirmiers ainsi que d'étudiants en médecine. L'armée pourrait aussi être sollicitée principalement pour guider les personnes ou encadrer les entrées dans le hôpitaux. Vivalia espère par ailleurs notamment pouvoir compter sur une souplesse de l'ONEM afin que le personnel en réduction de carrière ne soient pas pénalisés en cas d'heures supplémentaires, de même que les pensionnés acceptant de prêter main forte.