Après plusieurs années de préparation, les travaux de la Croisette de Dinant vont enfin débuter. Le début du chantier est prévu pour le 22 septembre avec l’installation du chantier de construction. "Les établissements horeca ont, eux, jusqu’au 9 octobre pour démonter leurs terrasses, comme ça ils ont trois semaines supplémentaires d’activités économiques", explique Richard Fournaux.

Le chantier devrait se clôturer en février 2017, sans pouvoir se prononcer sur d’éventuelles intempéries ou problèmes d’autre nature.

La Croisette de Dinant, cela fait bien longtemps que le bourgmestre la voulait. La bonne nouvelle est tombée en janvier 2015. A l’occasion d’une visite dans la cité des Copères, le ministre wallon des Travaux publics, Maxime Prévot, a annoncé l’octroi d’un budget de 4 000 000 € pour ce projet qui a pour objectif de rendre le cœur de la Ville de Dinant plus convivial et d’apporter une certaine respiration en bord de la rive droite de la Meuse. Une somme qui s’est ajoutée aux 3 000 000 € débloqués par la commune.

Sur papier, le projet laisse rêveur avec la réalisation d’une promenade le long du fleuve, d’embarcadères pour bateaux touristiques, d’espaces de terrasses pour les cafés et restaurants, d’emplacements de parking et une voirie régionale dont le tracé et le revêtement seront modifiés.

De l’équipement public

Ces constructions ne seront possibles que grâce à la réalisation d’une passerelle de 500 m de long et de largeur variable réalisée au-dessus de la Meuse pour élargir l’espace disponible.

"On a même ajouté quelques éléments au niveau de l’équipement public et du choix des matériaux."

Cependant, qui dit travaux dit circulation perturbée, surtout à Dinant. "L’entrepreneur veut tout mettre en œuvre pour respecter les délais, c’est un défi pour lui. Le boulevard Sasserath sera fermé à la circulation mais cela ne devrait pas engendrer de gros problèmes pour la Ville. En termes de parking, on devrait récupérer entre 30 et 40 places lorsque les travaux de la place Albert Ier seront terminés. Avec le viaduc Charlemagne, c’est le plus gros chantier public dinantais depuis la Seconde Guerre mondiale. Je suis bourgmestre depuis 21 ans et c’est la première fois que je ressens un emballement positif de tout le monde."