Les amarantes seront présents sur les fronts communal et provincial d’octobre 2018

En octobre prochain, Défi tentera de décrocher ses premiers élus communaux en province du Luxembourg. Le parti d’Olivier Maingain déposera notamment une liste à Marche-en- Famenne.

"Il y a encore un mois ou deux, cela ne nous semblait pas évident. Mais je dois admettre que le travail de recrutement que nous avons mené sur le terrain a porté ses fruits", souligne Jonathan Martin, vice-président Défi et président de la section luxembourgeoise lancée en 2010. "Quant à savoir si nous serons en mesure de déposer une liste complète, je ne le pense pas. Dans l’état actuel des choses, nous comptons une dizaine de candidats. Mais nous ne voulons pas que le scrutin marchois se résume à un duel entre deux hommes."

Si la nouvelle liste n’a pas encore dévoilé ses futurs candidats, on sait déjà que Renaud Duquesne, ancien MR passé sous pavillon amarante fin 2017, n’en fera pas partie. Défi mise aussi sérieusement sur les communes de La Roche et Nassogne. "À La Roche, nous disposons d’un noyau très sérieux avec des personnalités très intéressantes", poursuit Jonathan Martin. "Ce n’est pas pour rien si nous avons choisi une Rochoise pour tirer la liste provinciale dans le district de Marche. Mon équipe est allée à la rencontre des élus de l’opposition rochoise, afin d’envisager une liste commune aux élections communales. Si aucun consensus n’est trouvé, alors nous déposerons une liste de parti."

Les choses se précisent davantage à Habay et Libramont, où des leaders Défi tireront des listes de rassemblements. Daniel Schutz pour Habay, et Jonathan Martin pour Libramont. "Nous avons notamment été ralliés par l’ancien président du Collège provincial Daniel Ledent et certains élus socialistes."

À Bastogne, l’ancien échevin libéral Jean-Claude Cremer conduira une liste d’ouverture. Les amarantes seront également de la partie à Virton, Neufchâteau et Arlon. "À Arlon, nous seront présents sur une liste déjà existante, mais il est encore trop tôt pour dire laquelle."

Des perspectives se dessinent aussi sur Libin. "Nous pourrions être présents ailleurs encore, mais le but est d’apporter une réelle plus-value, pas de jouer les bouche-trous."

N.P.