Le développement du numérique fait partie des priorités de la Ville.

Lundi soir, les conseilleurs communaux étaient appelés à approuver le budget communal 2017 à Marche. Un budget dont l’exercice extraordinaire dépasse les 12 millions d’euros d’investissements. "C’est le premier exercice où la Ville se permet une telle masse d’investissements", souligne le bourgmestre André Bouchat.

Ce montant comprend 1,5 million d’euros consacrés au développement du numérique. "Cela ira de la création d’un centre de créativité à la pose de fibre optique dans tous nos locaux, en passant par le développement de l’accès au wi-fi dans des endroits publics, mais aussi par des capteurs pour des conteneurs ou des poubelles publiques", souligne le bourgmestre. "Nous nous renseignons actuellement pour implanter un FabLab au sein du centre de créativité numérique afin de créer une véritable communauté d’échanges."

La numérisation s’étendra jusqu’aux actes de l’état civil avec la possibilité pour les citoyens de commander ou recevoir en ligne des documents administratifs. "Le numérique affecte ou va affecter toute l’activité humaine, l’activité des entreprises comme la vie du simple citoyen. Il faut entrer dans cette ère pour laquelle Marche a déjà beaucoup investi."

Parmi les principaux postes du budget communal extraordinaire figurent également les voiries (2 millions), le patrimoine (1,2 millions) ou encore l’enseignement. Plus de 700 000 € sont consacrés à l’agrandissement des sites de Waha (360 000 €) et Humain (356 000 €).

"Pour la petite enfance, nous avons prévu un programme de 1,2 million sur trois ans pour la réfection et le remplacement des plaines de jeux des écoles et villages, ainsi que 1,2 million pour la crèche dans la propriété Sépul à Marloie."

La culture et le sport ne sont pas en reste avec 1 million dévolu à la création de pistes cyclables, 200 000 € à la promotion du vélo électrique, et les subventions accordées à la MCFA et Music Fund. De son côté, le CPAS affiche un budget ordinaire à l’équilibre de 11 318 607 €. "Le budget de la maturité", estime le président Stephan De Mul. "2017 marque la fin des grands travaux. Nous allons enfin pouvoir exploiter nos structures - maison de repos et résidences services - à plein rythme."