Toute la journée durant, les habitants et visiteurs ont été surpris de voir s'écraser au sol des pigeons. Les rues, parkings, voiries de la ville et même la Semois se sont retrouvés jonchés de cadavres.

"J’étais sur le marché dominical lorsque j’ai vu des pigeons vaciller dans le ciel avant de s’écraser à terre. Ils tremblaient avant de mourir", témoigne le bourgmestre de la commune, Patrick Adam, auprès de nos confrères de La Meuse. Une trentaine de carcasses ont été retrouvées par les services de nettoyage de la ville, qui continuent toujours les recherches. 

Que s'est-il passé ? Pour l'heure rien n'est sûr, mais il semblerait que les volatiles aient été victimes d'un empoisonnement.

"Nous avons envoyé les carcasses dans un laboratoire pour qu’elles puissent être analysées", explique encore Patrick Adam, qui écarte la piste des effets de la 5G. "Sur la commune, nous avons refusé que cette technologie soit activée", assure le bourgmestre.

La police est prévenue est le Département de la Nature et des Forêts (DNF) a fourni des frigos pour conserver les cadavres le temps que lumière soit faite sur cette histoire. Selon le bourgmestre, si empoisonnement il y a eu, l'auteur risque d'être difficilement identifiable: "La personne responsable aura sans doute tout mis en place pour qu’on ne puisse pas remonter jusqu’à elle".