Pour la quatrième année consécutive, Ciney accueillait une manche régionale de la First Lego League, un concours de robotique destiné aux 9-16 ans.

Dix-huit équipes, dont cinq de la province de Namur et trois de la province de Luxembourg, d'enfants issus de différents milieux (école, famille, club de robotique, etc.) se sont affrontées au travers de plusieurs épreuves.

Parmi les favoris de cette manche régionale, on retrouvait cette année Benoit Naveau et son équipe d'ABP Let's Go (La Louvière) qui en était à sa troisième participation à la First Légo League. « Les deux années précédentes, on s'est qualifiés pour la finale nationale », précise cet ancien instituteur, aujourd'hui animateur à la maison des maths et du numérique de Quaregnon et créateur de la Robotic Academy il y a neuf mois. « J'avais intégré ce projet à ma classe quand j'étais enseignant. Je suis ici avec deux anciens élèves qui sont là pour accompagner les nouveaux. »

Cette journée à Ciney, Benoit Naveau et ses « makers » la préparaient depuis des mois. « Le thème de cette année était « une meilleure vie dans la ville de demain. » Pour le projet scientifique, on a travaillé avec l'Université de Mons. Le nôtre était de modifier les abris de bus pour récolter l'eau pour produire des algues qui allaient nourrir des artémia, qui eux-mêmes allaient nourrir des écrevisses dans les rivières. On a ensuite réalisé une recette pour pouvoir proposer ces écrevisses dans un restaurant. » Voila pour le projet scientifique. Mais la préparation à la First Lego League ne s'arrêtait pas là. « On s'est entraîné et on a défini des stratégies pour le match de robot, on a réfléchi à comment améliorer notre robot, etc. Ce concours, c'est une bonne journée pour les enfants. Il n'y a aucune scission avec les parents. On peut montrer à tout le monde ce qu'on a fait depuis plusieurs mois. »

Car la robotique, ce n'est pas uniquement de l'amusement. C'est aussi des mathématiques. « C'est une approche non formelle. Quand on les faits, c'est qu'on en a besoin. C'est de la robotique éducative. Un des enfants que j'ai eu dans mon équipe était dégoûté des mathématiques. Depuis qu'il a touché à la robotique, il aime bien... »

Qualification pour la finale nationale

Cette manche régionale de samedi permettait aux trois meilleures équipes de se qualifier pour la manche suivante. « Pour la finale nationale qui aura lieu en France au mois de mars (NdlR : la Région Flamande est rattachée aux Pays-Bas). Cette finale nationale est qualificative pour la finale internationale », explique t-on chez Technobel. L'esprit d'équipe était jugé tout comme la présentation du scientifique et du robot de chaque équipe. Enfin, des points étaient attribués sur base de missions réalisées lors de matchs de robot durant lesquels la machine devait réaliser un maximum de missions (missions d'équilibre, de franchissement d’obstacle, de déplacement d'objets, etc.).

En fin de journée, l'équipe d'ABP Let's Go a décroché sa place pour la finale nationale en terminant 2e, derrière le Hubert Robotics d'Auderghem. Le centre culturel de Gerpinnes complète le podium. La meilleure équipe namuroise termine au pied du podium pour sa première participation. Il s'agit du City Music Team de Jambes.