Durant tout le week-end, les équipes d'Infrabel vont déplacer d'environ 16 mètres un bloc de réseau ferré de 480 mètres de long à Floreffe. En prime, le dispositif a été entièrement préconstruit sur place, ce qui constitue une première européenne pour un ouvrage d'une telle dimension. La dalle en béton fait huit mètres de large. Elle a été équipée de deux voies et quatre aiguillages, ce qui porte son poids à 6.100 tonnes, soit l'équivalent de 18 avions de ligne long-courrier. La déplacer pour la rendre opérationnelle va prendre environ 16 heures, soit un mètre par heure.

© Belga / Fahy

Les anciennes voies ont été démontées vendredi soir pour faire place à la nouvelle construction. Cette dernière va être poussée à l'aide 16 vérins. Le trafic ferroviaire pourra être rouvert mardi matin, une fois les finitions effectuées.

© Belga / Fahy

Jusqu'à présent, jamais en Europe on n'avait poussé une telle portion d'infrastructure, ni même un ouvrage ferroviaire aussi long, a souligné Infrabel.

© Belga / Fahy

"Cette technique nous permet notamment de beaucoup moins perturber le trafic ferroviaire", s'est réjoui l'un de ses ingénieurs, Fabrice Cornet. "Il n'y a eu aucune interruption pendant la préparation de la dalle. Cette méthode est aussi plus sécurisante pour les ouvriers d'Infrabel. Par ailleurs, nous ne devons pas créer d'épaisses fondations sous les voies, ce qui implique souvent de retirer le sol en place et de dépolluer les lieux."

© Belga / Fahy

En outre, le procédé permet également de moins recourir au service à voie unique et de diviser par quatre le temps pendant lequel une limitation de vitesse "post travaux" est appliquée.

© Belga / Fahy

L'investissement global s'élève à quatre millions d'euros, soit environ le même montant qu'avec une technique traditionnelle.

© Belga / Fahy

"L'innovation est ici remarquablement mise au service de la mobilité", a mis en exergue le ministre fédéral de la Mobilité François Bellot, présent pour le lancement des opérations de poussage. "Cela montre une nouvelle fois que la Belgique est en avance en matière d'implémentation de nouvelles solutions au service de la mobilité, au contraire de ce que beaucoup pensent. Ce n'est d'ailleurs pas pour rien si l'ancien CEO d'Infrabel a été recruté par la SNCF."

© Belga / Fahy

"Il y a deux semaines, j'ai assisté au poussage d'un pont ferroviaire en-dessous d'une route en province de Luxembourg. L'interruption du trafic a duré deux semaines, contre un an et demi avec la technique traditionnelle, ce qui est tout bénéfice pour les usagers du train. Mais pour ça, il faut de l'inventivité et je tiens à saluer cette volonté des ingénieurs d'Infrabel et de la SNCB d'utiliser de nouvelles techniques", a-t-il conclu.

© Belga / Fahy