Namur-Luxembourg Au GDL, les transports en commun seront gratuits, les usagers ont peur de l’engorgement.

L’annonce fait grand bruit en ce moment dans la Grande Région : à partir du 1er mars 2020, tous les transports en commun luxembourgeois seront gratuits. Et pour tout le monde.

Un an avant cette date, certains navetteurs ayant l’habitude de prendre le train depuis la gare d’Athus lancent déjà leurs griefs contre la SNCB. Un citoyen interpelle d’ailleurs la commune à ce sujet : "Allez-vous négocier avec la SNCB une augmentation des places de parking ? C’est déjà le bordel (sic) dans le quartier de la gare alors que le train vers le Luxembourg est encore payant. L’an prochain, je crains fort que de nombreux frontaliers vont venir prendre le train à Athus pour bénéficier du transport gratuit (NdlR: pour les usagers du rail, les tarifs vers le Luxembourg sont moins chers depuis Athus) . Ce sera encore plus l’anarchie pour le stationnement et la circulation autour de la gare", dit-il.

Le bourgmestre Jean-Paul Dondelinger apporte plus de précisions quant à la suite à donner à ce dossier. Il se dit aussi inquiet mais les autorités communales se sont déjà penchées sur la question. Il faut à tout prix éviter que la situation ne se détériore. "On craint qu’il y ait en effet un flux très important de navetteurs. Cela risque donc de coincer davantage aux heures de pointe. Pour remédier à cette situation, nous devons avancer sur trois choses avec la SNCB", dit-il.

Une réunion prévue mi-février

On vous les donne. Il y a d’abord le fait de vouloir rénover (voire détruire puis reconstruire) la gare d’Athus. Ensuite, l’espace situé sur la place des Martyrs doit être repensé (en parking ?). Le propriétaire n’est autre que la SNCB. Il y a enfin la question tarifaire. Les gares d’Aubange et d’Halanzy appartiennent à la commune. Leur parking est toujours vide. Quel contraste avec Athus.

"Pourquoi ? Car les prix vers le Luxembourg sont plus élevés au départ de ces deux gares. Cela fait pas mal de temps que l’on négocie avec la SNCB pour que ces deux gares aient le même tarif que celle d’Athus. Pour le moment, il n’y a pas de réponse positive", conclut le bourgmestre.

Une réunion est quand même prévue vers la mi-février avec les responsables de la SNCB pour discuter de ces points. La commune a un an pour trouver des solutions et éviter un chaos au point de vue de la mobilité. Et la SNCB a aussi intérêt à éviter une pareille situation. À moins que le Park&Ride de Rodange (1800 places) n’arrive à supporter tout ce flux ? Rien n’est moins sûr.