Robert Closset n’hésite pas à mettre les moyens

À Dinant, la majorité a cotisé durant toute la législation en vue de cette campagne électorale. " Chaque échevin a mis 500 € par an pour le groupe" , commente Robert Closset. Ce dernier ne fait cependant plus partie de la liste du bourgmestre et doit y aller de sa poche pour mettre en avant sa propre liste Dinant… c’est vous.

Là-bas comme ailleurs , le maximum par candidat est de 1.250 € (NdlR : ce chiffre augmente quand le nombre de citoyens appelés à voter dépasse les 15.000). Pour les listes dinantaises, il est de 11.523 €. Soit un total de 37.773 €. " J’ai emprunté 25.000 € car je n’ai pas droit aux subsides du MR, même si j’ai toujours ma carte et que, sur ma liste, j’ai 22 des 23 candidats étiquetés libéraux. Vu que j’ai été mis dehors par Richard Fournaux, je n’ai pas eu le temps de me retourner. Du coup, pour tout ce qui est en groupe, je paye. Pour les dépenses individuelles, les candidats se financent eux-mêmes ", explique Robert Closset qui a notamment opté pour des affiches ou des lettrages de véhicule qui avoisinent les 500 € comme celui posé sur sa VW coccinelle.

En tant que candidats aux élections communales et provinciales, Richard Fournaux a, lui, droit à 4.700 € de dépenses personnelles. " Je reçois un subside du MR pour la province mais pas pour la commune. Pour ça, c’est clair, on y va de notre poche", explique le bourgmestre. Ce dernier s’est tourné vers une campagne marquée par le digital. Comme son programme en réalité augmentée qui lui a coûté 700 €. " J’ai aussi fait des bâches et des lettrages sur des véhicules. Des affiches ? Pratiquement pas. Ce temps est révolu. "