Namur-Luxembourg  Un vol a été commis à l’abbaye de Maredsous. Les moines sont touchés.

L’abbaye de Maredsous a été la cible d’un cambriolage dans la nuit de dimanche à lundi. Les deux individus, filmés par les caméras de surveillance, ont tenté de visiter l’ensemble du site de l’abbaye : le bureau du préfet du collège, le SPAF (Service provincial d’aide familiale) et l’abbaye. Une petite somme d’argent a été volée (NdlR : elle est estimée entre 50 et 100 €), ainsi que deux reliques. "Après avoir visité quelques endroits, ils sont venus dans la sacristie où il ont tout d’abord ouvert l’armoire avec la réserve de vins de messe, auxquels ils n’ont pas touché. Puis, ils se sont attaqués à l’armoire à reliques. Il n’y avait pas d’alarme à l’abbaye mais les autres ont très bien fonctionné", explique le Père abbé Bernard Lorent.

Une enquête en cours

Les malfrats ont emporté avec eux un morceau de la table de la dernière Cène, provenant du Vatican et un os de saint Winoc, un moine breton. "Pour la première, ils ont arraché la relique du reliquaire. Il s’agit d’un morceau de bois assez précieux pour nous, car il s’agit d’un morceau de la table du Christ, soit la première Eucharistie. Quant à l’os, qui est un petit bout blanc pouvant ressembler à une pierre, je me demande bien pourquoi ils ont pris ça. Peut-être ont-ils cru qu’il s’agissait d’une pierre précieuse."

Un vol d’autant plus surprenant que ces reliques n’ont aucune valeur marchande, contrairement aux reliquaires. Les malfrats n’avaient visiblement pas connaissance de ce qu’ils dérobaient. "Personnellement, ces vols nous touchent car ces reliques étaient symboliques. Mais eux ne sauront rien faire de tout ça. Il s’agit d’un os et d’un morceau de bois, même chez un spécialiste, ils n’en tireront rien. La meilleure chose à faire pour eux est de nous ramener tout ça."

Si des vols ont déjà été commis au sein de l’abbaye de Maredsous, c’est la première fois que des reliques sont dérobées. Une enquête est actuellement en cours pour tenter de retrouver les deux auteurs des faits. "Il y a quelques semaines de ça, un vol a été commis dans une habitation de Denée mais on ne sait pas si c’est lié", explique le bourgmestre d’Anhée Luc Piette.