Namur-Luxembourg

Namur 2080 est connue pour ses réflexions sur l’aménagement de Namur, ses prises de position et sa volonté de participation citoyenne. Avec son équipe renouvelée et pluridisciplinaire, cette ASBL s’est penchée sur le dossier du quartier de la gare.

"Ce projet mérite et nécessite le dépôt de projets alternatifs et forts", entame Geoffrey Caruso, professeur de géographie et d’urbanisme qui sera présenté comme candidat à la présidence de l’ASBL lors de la prochaine assemblée générale du 27 février. "Notre objectif est de provoquer des débats afin que les décisions soient prises au terme d’une réflexion aboutie."

Concrètement, Namur 2080 ne soutient pas le projet de la majorité et motive cette réfraction avec quelques interrogations qu’elle qualifie d’essentielles en se demandant, par exemple, s’il est cohérent de déplacer la gare des bus sur la dalle ou de se priver d’un espace vert (parc Léopold).

Convaincus qu’il est possible de faire mieux avec un budget équivalent voire inférieur, les membres de Namur 80 ont donc présenté leurs idées sous forme de projet alternatif. "Dans les grandes lignes, le parc Léopold serait préservé dans son intégralité et donc mis en valeur. Grâce à une passerelle piétonne au-dessus des rails du chemin de fer depuis Bomel vers l’axe de la rue de Fer, Saint-Servais et Bomel resteraient connectés au centre-ville. La circulation serait aussi facilitée avec un plan de mobilité qui prévoit, entre autres, un changement de sens de circulation de la rue Borgnet et un passage sous la nouvelle place de la gare pour se diriger vers Salzinnes. La nouvelle gare des bus serait intégrée à un nouveau bâtiment où on retrouverait aussi le parking et le magasin C&A. Les 2 premiers étages seraient affectés à des commerces et les 2 suivants à un usage mixte. La place de la Station deviendrait un véritable espace partagé. Les connexions piétonnes avec le centre et les commerces seraient nombreuses."

Reste à savoir s’il n’est pas trop tard tant la majorité semble décidée à mener à bien le projet qu’elle a en tête avec son partenaire privé City Mall. Contacté par nos soins, Maxime Prévot a d’ailleurs maintenu sa position tout en rappelant qu’il n’était pas contre la préservation de quelques arbres dans le parc Léopold.