Namur-Luxembourg

Accompagné de l’échevin de l’Aménagement du territoire, le big boss de Thomas & Piron a posé hier la première pierre de l’écoquartier de Jambes, près de la rue Gameda. Un geste symbolique à plus d’un titre. Car il ne s’agit pas seulement de construire 35 appartements et 23 maisons. Mais aussi de contribuer à faire changer le profil de la ville. "Le problème de Namur, c’est qu’elle subit les problèmes de l’étalement urbain. Ici, on prouve qu’il est encore possible d’urbaniser la ville et de se passer d’une deuxième voiture car on est à deux pas des bus, d’un supermarché et des écoles dans un projet d’ensemble cohérent", affirme l’échevin Arnaud Gavroy.

Il aura fallu six ans à Thomas & Piron pour faire aboutir ce dossier. La Ville a demandé beaucoup de modifications et d’aménagements : "Au départ, ils proposaient une septantaine de logements. On arrive finalement à 58 dont 6 aménagée ou aménageables pour les PMR", précise Arnaud Gavroy. Et on peut compter sur deux ans de travaux, "mais on aboutit à un projet qui présente une qualité de vie non prévue dans nos premiers plans", assure fièrement Joël Polus, directeur du développement chez le promoteur immobilier.

Un espace de vie quartier durable

L’an dernier, la firme lançait son premier écoquartier à Liège (Sart-Tilman). Il a connu un tel succès que la société a transformé son projet jambois pour en faire un espace de vie certifié "quartiers durables", une première à Namur.

"Ce label permet de mettre en évidence le fait que les impacts futurs ont été considérés et que le promoteur a limité les effets négatifs sur l’environnement tout en privilégiant le bien-être des futurs habitants", explique Thomas Wauters, responsable du projet jambois.

Avec raison puisque la première pierre n’avait pas encore été posée que plusieurs logements avaient déjà été achetés. Chez Thomas & Piron, on se rend compte que le durable, c’est décidément porteur. A tel point qu’un projet similaire est actuellement en cours à Erpent. L’avenir est en marche.