La circulaire sur l'accord-cadre entre la Région wallonne et les opérateurs en télécommunications est "inadmissibles", a affirmé le député-président de la province de Namur, Jean-Marc Van Espen, interrogé à ce sujet par le conseiller indépendant Patrick Pynnaert en prélude au conseil provincial qui s'est tenu vendredi matin. "Après des années de contentieux juridique, la Région s'assure une paix fiscale, mais au prix de sacrifices des pouvoirs locaux dont les provinces", s'est indigné M. Van Espen. Il qualifie de "chantage" et d'"illégal" ce texte daté du 18 janvier.

"En contre-partie de l'assurance de sortir du contentieux juridique et d'investissements financiers conséquents sur le territoire wallon, la région wallonne s'engage à ne pas taxer les opérateurs et à faire pression sur les pouvoirs locaux afin de les inciter à faire de même", a-t-il expliqué.

Le député-président a regretté que la Région conditionne la suppression de cette taxe à la possibilité de participer à des appels à projets. "Pire encore: les opérateurs se sont réservé le droit de ne pas réaliser d'investissements complémentaires sur les territoires qui continuent à taxer pour 2021 et 2022. C'est inadmissible", a-t-il dit, estimant bafoués les principes constitutionnels d'autonomie provinciale.

M. Pynnaert a rappelé la recette prévue dans le budget prévisionnel 2021 à travers cette taxe, soit 1.137.500 euros, s'enquérant de la position de la majorité provinciale à cet égard.

"Je propose que la province de Namur rester maître de sa fiscalité, par principe", a conclu M. Van Espen.