Le projet du Trident abandonné, quelles solutions pour désengorger la N5 ?

Hier, la majorité PS-MR-Écolo qui formera le nouveau gouvernement wallon a présenté son projet pour les 5 ans à venir (lire pp. 4-9). Un des accords est de ne construire aucune route supplémentaire, ce qui signifie que le projet du Trident Light est abandonné (lire également pp. 38-39). Le projet autoroutier visait à trouver une solution à la saturation de la nationale 5 entre Couillet et Bertransart.

Pour la commune de Ham-sur-Heure et de Gerpinnes, c’est une satisfaction après ces années de batailles. L’autoroute ne divisera pas les deux communes. "Le nouveau gouvernement a décidé de geler le projet du Trident Light, on est content. Depuis 2001 je me bats pour ne pas que notre commune soit coupée en deux par une autoroute. Ils se sont enfin rendu compte que c’était une mauvaise idée", annonce le bourgmestre de Ham-sur-Heure, Yves Binon (MR).

Des solutions possibles

Cependant, la semaine dernière, le contournement autoroutier de Couvin a été inauguré. Le nouveau maillon entre Charleroi et Charleville-Mézières va engorger encore un peu plus la N5 de camions venant de la France, les deux communes s’en rendent compte et souhaitent que des solutions soient trouvées rapidement. À Gerpinnes, on reste inquiet. "C’est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle pour nous. Une bonne nouvelle pour Gerpinnes et Loverval mais une mauvaise car on va souffrir des véhicules qui vont passer par la N5. On était déjà arrivé à saturation, mais ça sera pire maintenant que le contournement de Couvin est ouvert. Le BHNS ne va pas suffire. On mettra la pression au nouveau gouvernement pour trouver des solutions", explique le bourgmestre de Gerpinnes, Philippe Busine (CDH).

Pour Yves Binon, des solutions sont possibles. "Pour les camions, il faut les dévier vers l’E411. On peut également faire payer le passage des camions sur la N5 entre Philippeville et Charleroi. Ça se fait ailleurs." Pour les voitures, une première solution sera l’installation d’un bus à haut niveau de service (BHNS). Cependant, le projet de la Région wallonne est d’arrêter ce bus à Ma Campagne (au niveau de Loverval), alors que les citoyens désireraient que ce bus aille jusqu’à Bertransart afin de permettre aux citoyens du Bultia de se rendre plus facilement à Charleroi. Yves Binon s’explique :

"On pourrait installer un parking de délestage à Bertransart et faire venir le BHNS jusque-là. C’est le moment pour les citoyens de se mobiliser lors de l’enquête publique."

Pendant les cinq prochaines années on n’entendra plus parler du projet Trident, mais les discussions risquent de continuer encore longtemps pour trouver des solutions à la saturation de la N5.