Namur-Luxembourg

Tout a commencé en 2003 avec des visites de parcs à conteneur et de centres de compostage. Par la suite, les élèves ont par exemple reçu des boîtes à tartines, histoire d’éviter des emballages superflus. Une initiative parmi d’autres.

" Pour nous, le meilleur déchet est celui qui n’existe pas, confie le directeur du Bep Environnement Grégory Chintinne. Les enfants se montrent fort réceptifs et sont à même de changer les comportements de leurs parents. "

La prévention constitue donc l’axe prioritaire et l’on retrouve ensuite dans la hiérarchie la réutilisation, le recyclage, la valorisation et l’élimination. C’est dans cette optique que s’inscrit la semaine européenne de réduction des déchets qui se déroulera du 16 au 24 novembre, avec le principal objectif d’éviter le gaspillage alimentaire, via des réflexes à adopter au quotidien.

" On a créé un kit pédagogique de gestion durable, explique la responsable communication et prévention Carine Bomal. Il s’agit de favoriser le compostage, de lutter contre l’usage de produits dangereux, d’apprendre à faire des listes de courses, à manger local, de saison, et à conserver les aliments. Nous fournissons des supports pédagogiques aux enseignants et nous proposons des jeux interactifs aux élèves. "

Lors du prochain festival nature, des étudiants de première et deuxième humanité seront invités à réfléchir sur l’impact du plastique dans la chaîne alimentaire. Le département pédagogique de l’Hennalux s’est également montré sensible aux messages livrés par le Bep. " Nous avons proposé des animations pour les enfants et les étudiants qui se destinent devenir instituteurs se sont retrouvés en observation. L’un d’entre eux a même proposé de réaliser son TFE sur le tri des déchets en maternelle."

Difficile bien entendu de quantifier les bienfaits de ces campagnes. Ceci dit, le BEP a pris le pli de ne pas inonder les écoles d’outils mais de toucher les enseignants qui ont un projet qu’ils désirent inscrire dans la durée. Histoire que tous les gestes au quotidien deviennent progressivement des réflexes naturels.Grégory Piérard