Namur-Luxembourg Les premiers logements sociaux privés/publics ont été inaugurés à Saint-Servais.

Il y a un an et demi, la Ville de Namur déclarait avoir trouvé une solution aux quotas de 10 % de logements publics imposés par la Région wallonne, tout en soutenant les promoteurs privés sur son territoire. La solution a rapidement porté le nom d’engagement logement.

Dix-huit mois plus tard, le concept semble plaire aux promoteurs puisque 32 logements sont confirmés et 31 sont en voie de réalisation via ce principe. Parmi les premiers à voir le jour, neuf logements situés chaussée de Waterloo à Saint-Servais et inaugurés mardi. Composés de studios, mais aussi d’appartement jusqu’à quatre chambres, les nouveaux logements vont pouvoir accueillir neuf familles dans les prochains jours.

Fruit d’un partenariat privé et public, la Ville propose, sans obligation, aux promoteurs qui se présentent d’intégrer à leur projet, un voire plusieurs logements qui seront par la suite confiés à l’AIS (Agence immobilière sociale).

Pour Tarek Marzok, propriétaire et promoteur des appartements de Saint-Servais, c’est une garantie, même si au départ l’idée n’était pas de faire un projet immobilier social. "C’est une garantie à la fois au niveau du loyer, mais cela permet aussi d’éviter le vide locatif", explique le propriétaire. "Nous avons pu optimiser les travaux en réduisant de moitié les coûts suite à des négociations avec les fournisseurs, eux aussi séduits par le projet."

Le précompte à zéro

Enfin, l’avantage supplémentaire est, dans ce cas-ci, la réduction du précompte immobilier à… zéro ! Soit environ 7.000 € d’économie par an. L’AIS qui signe un contrat avec le propriétaire s’engage notamment à remettre les lieux en état et signe un bail de neuf ans. Les logements sont loués entre 260 et 575 euros selon le nombre de chambres. "Les loyers ne doivent pas dépasser 40 % du revenu total du ménage", a précisé Joël Schallenbergh, directeur de l’ASBL Gestion Logement Namur (AIS).

Du côté de la Ville, on se réjouit du succès auprès des promoteurs: "Cela va changer le quotidien des familles, tout en favorisant la mixité", a commenté l’échevine Stéphanie Scailquin. D’autres logements de ce type devraient voir le jour à Erpent, Belgrade, Bouge ou encore Wépion.