Le PS propose de la signer ce jeudi pour une campagne plus respectueuse

Eliane Tillieux l’avait annoncé à la suite des agressions verbales (à son encontre), physique (sur Jean-Louis Close), les détériorations de bâtiment (les tags insultants au siège du MR), ou de voirie (les insultes sur des passages piétons visant Maxime Prévot) et menaces (la douille de balle au siège de Défi), elle propose de signer une charte de bonne conduite aux candidats namurois aux élections.

"Je l’ai envoyée à toutes les têtes de liste afin que chacun y adhère. Nous savons que la période électorale est un moment de tension et propice aux échanges vifs et houleux. Mais rien ne peut justifier ce que nous avons vécu", dit celle qui a eu la satisfaction de voir la candidate l’ayant insultée écartée de la liste.

"Comme chefs de file, nous sommes les garants de comportements et propos plus respectueux à l’égard des uns et des autres. Un engagement fort de notre part serait de nature à apaiser nos candidats et à rassurer nos citoyens, ainsi qu’à renvoyer une image plus digne de notre ville, capitale de la Wallonie", explique Eliane Tillieux qui a convié un représentant de chaque liste à signer le document proposé.

Il y est question de ne pas faire de "discrimination sur base de l’appartenance ethnique, linguistique ou nationale, de ses convictions philosophiques ou religieuses, de son orientation sexuelle, d’un handicap physique ou mental".

Mais aussi de "ne communiquer que des informations vérifiables ou vérifiées, s’interdire la communication d’une information erronée, n’exprimer aucun propos diffamatoire ou attaque ad hominem à l’encontre d’autres candidats, respecter ses engagements et garder le même discours quels que soient mes interlocuteurs".

Le candidat doit aussi s’engager à cesser l’éventuelle infraction aux règles d’affichage. Là, Cédric Barbiaux, tête de liste Oxygène, la trouve saumâtre. "Eliane Tilleux demande de signer une charte de bonne conduite alors que les affiches de ses candidats ont été placées devant les nôtres. Le champ fait une longueur de 100 mètres, il n’y avait aucun autre endroit pour les placer sans doute. Le respect est inné", s’indigne-t-il en précisant qu’il ne cédera pas à la provocation.

Magali Veronesi