Namur

Les élèves du premier degré du collège de Saint-Servais et de cinquième et sixième primaire de la Providence ont eu l’occasion de rencontrer Jean-Michel Saive. L’école namuroise encourage depuis le début de cette année scolaire l’adoption d’habitudes alimentaires saines et l’exercice physique en suffisance.

Quoi de plus normal d’inviter l’ancien nouveau numéro un mondial qui est toujours en activité à l’âge de 43 ans ? Une longévité qui s’explique notamment par l’absence de pépins physiques mais pas seulement.

"Je n’ai jamais été blessé plus de dix jours consécutifs et en plus du petit facteur chance, je le dois surtout à mon hygiène de vie", confie-t-il à son auditoire. "Cela passe par plusieurs petits gestes du quotidien, comme prendre le temps de déjeuner au matin et manger trois fois par jour. S’il est évident qu’il ne faut pas boire ni fumer, éviter de consommer des matières trop grasses est tout aussi important. Il est bien plus simple de respecter un équilibre alimentaire que devoir cravacher pour éliminer les kilos superflus."

Et lorsqu’on a le sport dans la peau, il est bien plus facile de respecter quelques préceptes. "Si je continue toujours aujourd’hui à jouer au tennis de table, c’est avant tout par passion. J’en ressens le besoin et je trouve normal de me soigner, cela ne doit pas être vu comme un sacrifice. Tenter d’atteindre le haut niveau est une chose mais il faut aussi pouvoir être à l’écoute de son corps. L’excès nuit en tout."

Des paroles qui ont suscité toute l’attention des pré-adolescents, qui n’ont pas hésité à poser les questions qui leur passaient par la tête. C’est ainsi que le sujet sensible du dopage est venue sur la table. " Je n’ai jamais été tenté et le tennis de table requiert d’autres compétences tactiques et techniques qu’en cyclisme par exemple. Au-delà de la tricherie, s’exploser la santé (sic) pour enrichir son palmarès n’a aucun sens. Je suis également susceptible d’être contrôlé tous les jours entre 6 h et 7 h au matin et cela est d’ailleurs arrivé à trois reprises ces six derniers mois." Et Jean-Mi de conclure sa petite visite par une séance d’autographes, au plus grand plaisir de tous.