La province de Luxembourg est particulièrement touchée par la pénurie de médecins généralistes. Selon l’INAMI, le nombre de praticiens est insuffisant dans 42 des 44 communes ! Seules Marche et Saint-Hubert disposent d’un nombre suffisant de médecins. La pénurie touche aussi d’autres régions.

Dans ce contexte, le ministère de la Santé publique a lancé l’idée du 1733, un numéro unique d’appel pour les gardes médicales.

Trois provinces participent actuellement à ce projet pilote : le Luxembourg, le Hainaut et la Flandre occidentale. L’objectif ? Il est double. D’une part, répondre à l’attente des citoyens par un service de garde optimal; d’autre part, faciliter l’organisation et la gestion du rôle de garde pour les médecins généralistes.

L’administration de la santé publique a sollicité les cercles de médecine générale de la province et l’UOAD pour initier le 1733 sur le Luxembourg et la région de Dinant, étant entendu que le tri des appels se fera sur base de protocoles spécifiques. Le numéro 1733 aboutira au centre 100 à Arlon. Les préposés, des pompiers dans un premier temps, seront formés pour utiliser ces protocoles et orienter au mieux le patient : vers le poste de garde, l’aide médicale urgente ou les heures normales de consultation.

"Ce projet pilote implique la mise en place de postes médicaux de garde , précise le docteur Jean-Luc Jacob. Ce n’est pas tout de centraliser et de trier les appels. Encore faut-il permettre aux médecins généralistes de se grouper pour réduire le nombre de gardes mensuelles. C’est très souvent cet aspect du métier qui décourage les jeunes."

La maison de garde médicale, opérationnelle à Bastogne depuis janvier 2010, sera intégrée au projet. Les autres postes médicaux de garde seront implantés à Arlon, Tintigny, Recogne, Marche, Dinant et Bièvre.

Reste à savoir si le Fédéral accordera les moyens financiers nécessaires. Le cas échéant, dès janvier 2012, vous pourrez former le 1733.