Alors que le beau temps est de retour, elles sont interdites d’accès.

C’est étonnés que de nombreux parents ont constaté que des banderoles avaient été apposées autour des différentes plaines de jeux de l’entité. À Philippeville, plaine du Quartier Brûlé, des jeux ont même été enlevés. Par principe de précaution, la commune a interdit l’accès à ces plaines. Il faut savoir en effet que c’est le propriétaire des lieux, ou l’exploitant, qui est tenu pour responsable en cas d’accident. Les mentions "décline toute responsabilité" ou "sous l’entière responsabilité des parents " sont totalement illégales.

C’est à la suite du rapport de visites de contrôle du SPF économie en décembre dernier que la commune a pris ces mesures plutôt radicales. L’ensemble de l’entité est donc privé d’aires de jeux.

Contacté, Étienne Mignolet, le porte-parole du SPF, précise : "Nos services ont en effet contrôlé une série d’aires de jeux et y ont constaté une série de non-conformités tant administratives (absence de documents) que techniques, lesquelles ont été notifiées à l’administration communale". Afin d’éviter tout risque pour les enfants, le collège a pris la décision d’une mise hors service temporaire ou définitive de ses aires de jeux.

Un subside de 15 000 €

À certains endroits, ce sont les jeux eux-mêmes qui ne répondent pas aux normes de conformité et ils représentent un réel danger pour les enfants. À d’autres, c’est l’aire de jeux qui n’est pas sécurisée et/ou qui n’est pas clairement délimitée des aires de circulation de véhicules par exemple. Mais en aucun cas, le SPF n’a ordonné la fermeture, c’est la commune qui agit en tant que responsable de ces aires de jeux.

"Si certains aménagements sont minimes à réaliser, comme la pose d’une clôture ou d’une barrière par exemple" , explique encore le porte-parole, "la commune peut les réaliser et nous envoyer une photo pour que la plaine soit en conformité."

Par la voix d’Anne-Caroline Burnet, échevine des Finances, on apprend toutefois que le projet "Réaménagement d’une plaine de jeux en un lieu de convivialité intergénérationnelle" déposé par la commune a été sélectionné et décroche un subside de 15 000 €. Surice, Franchimont et Philippeville devraient en être les premiers bénéficiaires.