Namur-Luxembourg Elle est parmi les artistes invités par la Belgian Gallery pour son exposition événementielle sur le pop art place d’Armes.

L’influence du pop art en Belgique de 1960 à nos jours, c’est le thème de la grande expo proposée très bientôt par la Belgian Gallery à Namur. Cette galerie d’envergure internationale, qui s’est installée il y a deux ans place d’Armes.

Parmi les artistes contemporains qui y seront exposés figure Delphine Boël, dont l’art est empreint de sa quête de reconnaissance de paternité par le roi Albert II. "Elle a fait une production spécifique pour cette exposition", révèle Pierre Babut du Mares qui est associé dans cette entreprise artistique avec Fraçois Golenvaux et Yves Brigode.

Ses œuvres sont très liées à son histoire personnell e. "Et aussi à son humeur du moment, explique le propriétaire de la galerie. Soit elle sera dans un message positif du genre ‘ tout ça c’est du bullshit, mais il faut savoir rebondir et quelque part essayer de sortir de ces fake news’. Soit elle est dans la revendication et c’est plus sombre", poursuit-il.

"Son travail est de toute façon en résonance avec son vécu. Pour l’instant, Delphine Boël se révèle dans une période plutôt positive. Ce qu’elle nous prépare est très pop, que ce soit par les tons, comme le rose, ou par le volume", se réjouit-il.

Ce sera une découverte pour les Namurois qui ne se sont jamais déplacés à Bruxelles ou Anvers pour voir ses œuvres. "Elle n’exposera pas à Namur de sculptures en papier mâché, ce qui a le plus marqué le grand public, parfois de façon négative, qui a pu la qualifier de pâle copie de Niki de Saint Phalle. On verra notamment une pièce qui s’inscrit plus dans ses habitudes, un tableau avec le mot ‘love’ inscrit de manière très colorée de façon circulaire une multitude de fois. Elle va arriver avec quelques sculptures de la série blabla", énumère-t-il. "C’est une façon de montrer autre chose de Delphne Boël au grand public et aux Namurois."