Habay-la-Neuve

Cela fait cinq ans que le public suit les organisateurs du Festival international des Arts dans leurs propositions artistiques intrépides, parfois insolites, mais toujours de qualité et, surtout, pluridisciplinaires. Cela dans ce lieu bourré d’Histoire et de culture qu’est le château du Pont d’Oye, à Habay-la-Neuve.

Pour sa sixième édition, les 10, 11 et 12 mai prochains, le festival va quelque peu déroger au carcan chronologique qui était le sien pour "solliciter davantage l’imaginaire des artistes et des spectateurs en leur proposant une thématique qui invite à la liberté". Car, cette année, le festival incite à rêver : musique, images colorées et poétique, balade gourmande, rêve party et autres créations inédites et inattendues sont en effet les ingrédients du kaléidoscope 2013 qui se mitonne. Spectacles, concerts, animations, exposition et livres permettront ainsi à tout un chacun de savourer les rêves.

Tout ceci entre autres grâce à des comédiens déguisés en serveurs, des lampadaires au milieu du jardin, des farfadets dans la forêt, une "rêve party" dans les salons du château, un danseur qui "marche sur la tête", un magicologue, des grands qui se prennent pour des enfants et même un laboratoire d’analyse des rêves et, parce que cette tradition-là mérite d’être déjà bien ancrée, du théâtre, des contes, de la musique, des spectacles de rues, des conférences et ateliers, etc.

Sans du tout vouloir être exhaustif - à l’impossible nul n’est tenu - l’on relèvera quelques temps forts, et forts originaux, du festival.

Ainsi, puisque chaque édition propose au public une grande soirée sous le principe de la nuit blanche, la Rêve party transformera, le temps d’un songe, "le Pont d’Oye en une boîte de nuit géante, folle et éphémère". En commençant par "une déambulation songeuse en forêt à la tombée de la nuit, quelques confidences nocturnes près de lampadaires, des DJ’s délirants qui enflamment le dance-floor et, de-ci, delà, un magicien fou qui fera disparaître (et réapparaître) les montres, ou encore une diseuse de bonne aventure".

Après cette folle nuit, 1, 2, 3 nous irons au bois, avec une balade gourmande en trois étapes, le long de l’étang du Pont d’Oye. "A chaque étape, son buffet féérique et sa surprise onirique. Un serveur toqué, mais bien intentionné, guidera le public le long de la forêt enchantée et, dans les anciennes ruines de forges, deux acrobates surdoués seront perchés en haut d’un escalier déjanté."

Côté spectacles, Amandine Orban fera rêver petits et grands lors d’une balade contée autour de l’étang et le Collectif Le lampadaire à 2 bosses y ira lui aussi de contes avec "Confidences sur un banc". La Cie Wazofol, elle, proposera "De pied ferme" truculente et surréaliste histoire de deux personnages confinés dans leurs alpages. Et, parce que dès que l’on parle de rêves, une certaine Alice n’est jamais loin, la Cie Sarthéâtre jouera "Du côté d’Alice", spectacle déjanté d’après "Alice au pays des merveilles". " N’allez (surtout) pas au bois" sera une création du festival, avec rien moins que 4 chanteurs, 8 choristes, 1 danseur, 2 pianistes et un conférencier-magicologue. Enfin, la Cie de la Flibuste se produira en un spectacle itinérant, "Le Songe d’une nuit d’été", d’après William Shakespeare. Arnaud Rebotini et "A Boy Named Seb" marqueront la partie musicale de ce festival lors de leurs concerts.

Ajoutez à cela un atelier d’écriture, les "cafés" (Café-palette, Café-psycho ou le laboratoire des rêves, Café musique), le magicien Sylvain Juzan, l’exposition "Des images pour des mots" (Fondation Folon) ou encore la librairie éphémère, et vous avez (presque) de quoi charmer vos nuits des rêves les plus fous jusqu’au festival.

Renseignements : Tél. : 063 42 01 30 et 0470 54 19 79, festival@festivalpontdoye.com ou www.festivalpontdoye.com