Une grosse valise de voyage non verrouillée contenant un corps a été découverte par des ouvriers de la société Eurogreen qui procédaient à un nettoyage de voirie pour le compte du SPW ce jeudi à matin à Senzeilles en bordure de la N978.

“On ramassait les poubelles, j’ai vu cette valise et j’ai été voir”, expliquait Claude Deprez au micro d’RTL. “Il y avait un sac contenant des restes de boyaux, je croyais qu’ils appartenaient à des animaux. J’ai entrouvert la valise, j’ai vu des os, je l’ai tirée vers mon collègue, puis j’ai vu un crâne retourné, on s’est rendu compte qu’il s’agissait de restes humains.”

Vincent Macq, procureur du Roi de Namur, précise que la valise aurait été remontée du sous-bois le 30 mars dernier lors du week-end Wallonie Propre. Elle n’a pas été ouverte depuis lors. Il confirme que le sac de boyaux est bien d’origine animale et sans lien avec cette affaire.

“Il s’agirait d’un squelette vieux d’un an, d’après les premières constatations. On peut penser qu’il s’agit d’un homme, relativement jeune. Le corps est entier. Les analyses vont commencer par une radiographie. On ne parle pas à ce stade de démembrement. Le contenu sera alors extrait de la valise, afin d’essayer d’en savoir plus. Les légistes travailleront cette nuit.”

Le champ des possibles est à ce stade très large. “La qualification des faits pourrait aller du recel de cadavre à l’assassinat. Il faudra déterminer si il y a eu violence ou si il s’agit d’une mort naturelle. Certains décès ne sont par exemple pas déclarés afin de ne pas perdre certaines allocations. Nous espérons que les analyses ADN nous permettront de découvrir à qui nous avons affaire."