Namur-Luxembourg

C’est un moment fort des grandes vacances : l’opération "Eté solidaire" est de retour à Namur, permettant à sept jeunes garçons et filles du quartier de Basse-Enhaive de réaliser une première expérience de travail. Participer à l’opération "Eté solidaire", c’est faire l’apprentissage de la citoyenneté, respecter des horaires, travailler en équipe, prendre des responsabilités.

Les sept jeunes ont décidé de rafraîchir les façades avant de leur Maison de Jeunes et d’isoler le toit qui vient d’être rénové par la Ville en complément du remplacement des châssis. Le chantier s’étend sur quinze jours. " La Ville a fourni le matériel adéquat , indique l’échevin de la Jeunesse, Tanguy Auspert : laine de roche, plaques en bois, etc. Nous recevons de la Région des subsides pour leur prestation : soit 7,80 euros/heure. Au terme du chantier, chacun recevra ainsi 420 euros."

Ces jeunes ont entre 16 et 20 ans, étudiants de tous horizons : futurs étudiants ingénieurs, élèves de l’enseignement général ou technique, candidat maçon, électricien, mécanicien, etc. " Cette action s’inscrit dans notre politique d’économie d’énergie. En outre, l’aspect pédagogique et la dimension citoyenne constituent des piliers de l’initiative. L’expérience montre que lorsque les jeunes aménagent eux-mêmes un lieu, ils le respectent davantage, ils en sont les gardiens." A fortiori quand il s’agit d’une Maison de Jeunes, lieu de vie pour chacun d’entre eux ainsi que pour leurs amis et bon nombre d’habitants du quartier.

La Maison des Jeunes de Basse-Enhaive est fréquentée par une cinquantaine de jeunes. Cette sympathique maison sise au 135, rue Charles Lamquet à Jambes a été confiée à la Ville par le Port autonome qui en est propriétaire. " Nous accueillons en soirée les jeunes à raison de 14 heures par semaine. Des activités socioculturelles y sont aussi proposées : cours de chant, danse, rap, sport, camp d’été, ateliers audiovisuels, école des devoirs pour les plus jeunes" , explique la coordinatrice Marie-Anne Betermier.

La fresque réalisée sur la façade arrière de la maison en 1996 par des jeunes venus d’Angleterre, d’Allemagne, de France, du Québec est un point sympathique du paysage namurois.