Le drame du parc Louise-Marie s’achève par l’extinction de l’action publique.

Le terrible drame qui s’est joué, lundi soir, dans le parc Louise-Marie, à Namur, a connu son épilogue, mardi après-midi, avec la découverte, vers 15 heures, du corps d’une jeune femme de 25 ans. Cette maman, originaire de Jodoigne, avait plongé dans l’étang du parc avec deux de ses enfants - un troisième était resté sur la berge -, lundi soir, vers 19 heures.

Massage cardiaque

Deux promeneurs avaient entendu les cris des enfants, âgés de 3,4 et 6 ans. L’un d’eux, un jeune Néerlandais, avait réussi à ramener sur la berge l’un des enfants qui flottait, inanimé, à la surface de l’eau, et à arracher des bras de sa maman un deuxième bambin, tandis que l’aîné était au bord du point d’eau. Une passante avait pratiqué un massage cardiaque sur le bambin évanoui. Les trois enfants sont sains et saufs.

Mais lorsque le jeune sauveteur s’est retourné dans l’intention de ramener la mère vers la terre ferme, celle-ci, qui avait auparavant refusé toute aide, avait disparu.

Des recherches avaient aussitôt commencé, en vain. Mardi, policiers, membres de la cellule disparition, pompiers namurois et agents de la protection civile les ont poursuivies, avec l’aide d’un maître-chien et d’un sonar. Ils ont dû composer avec la vase et la boue qui ont envahi l’étang, par endroits profond de plus de quatre mètres.

Action publique éteinte

Ils ont fini par sortir de l’eau le corps sans vie de la maman. L’action publique est donc éteinte alors même qu’une instruction pour triple tentative d’assassinat avait été ouverte.

Les trois enfants ont été hospitalisés et pris en charge par des membres de leur famille. Ils étaient à la charge de la mère, originaire de Jodoigne. Le papa ne vivait plus avec eux et n’a pas de domicile connu.

Hommage aux sauveteurs

Le parquet n’a pas voulu dire si la mère avait des problèmes financiers ou des antécédents d’ordre psychiatrique. Il n’a pas voulu davantage communiquer autour d’un éventuel message expliquant l’acte commis lundi soir.

Charlotte Fosseur, magistrate de presse du parquet de Namur, a rendu hommage, mardi, aux sauveteurs. "On peut saluer le courage et le soutien de ses personnes", a-t-elle souligné.

© D.R.