Les coureurs ont eu exactement 55 minutes de retard sur le haut de la fourchette horaire prévue (17h53, 15h53 GMT, à une moyenne de 40 km/h).

L'Espagnol Alberto Contador (Astana), victime d'une petite chute lundi, a conservé sans aucune difficulté sa première place au classement général.

L'avance sur ses poursuivants immédiats n'a pas bougé: 1 min 17 sur son équipier américain Levi Leipheimer et 3 min 41 sur Carlos Sastre.

Boonen a bouclé les 186,3 km de bitume en 5 h 21 min 16 sec, soit une moyenne de 34,794 km/h, devançant sur la ligne l'Italien Filippo Pozzato et l'Allemand Heinrich Haussler.

"J'ai prouvé que j'étais en forme parce que nous sommes dans la troisième semaine de course", a déclaré Boonen, vainqueur de la 2e étape à Cordoue (sud).

Aucune explication sur le retard de près d'une heure n'a été donnée à l'arrivée. "Il n'y a rien eu", "Ce n'était pas une grève", assuraient coureurs et directeurs d'équipe.

Il s'est murmuré pendant l'étape que les coureurs avaient voulu manifester leur mécontentement concernant le parcours de l'étape de lundi, avec une montée mal signalée sur le livre de route.

La première heure de course s'est disputée à une moyenne de 15 km/h. L'Italien Paolo Bettini (Quick Step) a été le grand animateur de cette étape un peu particulière.

A quelques jours du Mondial, il semble affûté comme jamais. Il s'est d'abord beaucoup investi en tête du peloton pour rattraper les deux échappés du jour, l'Espagnol Jesus Rosendo et le Colombien Walter Pedraza.

Et même une piqûre de guêpe ne l'a pas ensuite empêché de lancer son équipier Boonen pour le sprint. Boonen et Bettini ont tous deux annoncé qu'ils quitteraient la Vuelta après l'étape de mercredi, pour préparer les Mondiaux.

L'Italien Damiano Cunego, pour les mêmes raisons, n'était pas au départ de la 16e étape. Bettini a précisé qu'il s'entraînerait "dur seulement deux jours" car il était inutile d'en faire plus après deux semaines de Vuelta.