Les espoirs nourris par Peter Van Petegem et l'énigme nommée Frank Vandenbroucke

Ch. Bl.

Les forces belges ne se limitent pas aux seules équipes tricolores. Notre «Légion étrangère» paraît, elle aussi, en mesure de nous apporter quelques satisfactions.

Ainsi, Peter Van Petegem est sans conteste l'homme fort de ce début de saison. Vainqueur à Kuurne, porteur du maillot blanc de Paris-Nice durant quatre jours, le coureur de Mercury-Viatel (E-U) pourrait marquer de son empreinte le printemps cycliste. Déjà à Sanremo, Van Petegem fait partie des tout gros favoris.

Longtemps le porteur d'eau attitré de Frank Vandenbroucke, Nico Mattan semble transfiguré chez Cofidis. Vainqueur du prologue de Paris-Nice, Mattan est capable de s'illustrer un peu partout. Reste que sa perspicacité en course est rarement à la hauteur de son coup de pédale. Autres expatriés de chez Cofidis que l'on verra animer le printemps, Jo Plankaert et Peter Farazijn, l'inusable «soldat».

Isolés chez Mapei, Tom Steels et, surtout, Bart Leysen, devront se battre pour être sélectionnés pour les épreuves majeures. Les Belges n'ont plus beaucoup de poids au sein de la dream team transalpine, Steels devra sans doute ronger son frein à plusieurs reprises en attendant le Tour de France.

Bon équipier, mais sans plus, chez Lotto, Koen Beeckman se retrouve chez World Online de Bjarne Riis avec Jalabert comme chef de file, étrange

Bien entendu, il serait prématuré d'enterrer Frank Vandenbroucke. Inutile de revenir sur les frasques qui ont défrayé la chronique, nous laisserons le coureur s'exprimer. La question à se poser, c'est quand? En effet, après une saison vierge en 2000, VDB ne cesse de postposer son retour au sein des pelotons.

QUID DE VDB?

Aux dernières nouvelles, il préparerait son retour pour la Semaine Coppi-Bartali du 27 mars. Reste que vis-à-vis de son employeur et de ses supporters, Vandenbroucke a beaucoup à prouver. Qui fera encore confiance à Vandenbroucke si celui-ci loupe à nouveau sa saison? Personne. Outre par les observateurs, le retour de Frank Vandenbroucke est attendu par certains de ses confrères pour qui il a eu la dent dure. Une chose paraît évidente, pour s'imposer à nouveau, l'homme devra être très fort. En effet, il y a fort à parier que la moindre offensive du coureur de Ploegsteert ne soit épiée par un demi-peloton, soucieux de lui rendre la monnaie de sa pièce. Nous pensons en premier lieu à ses ex-coéquipiers de chez Cofidis.

Egalement chez Lampre-Daikin, nous épinglerons la présence de Ludo Dierckxsens. À 36 ans et malgré le fait qu'il soit passé pro sur le tard, l'ex-Champion de Belgique a sans doute ses bonnes années derrière lui. Reste qu'au courage, Dierckxsens pourrait encore s'illustrer dans des semi-classiques comme la Flèche Brabançonne, voire le Grand Prix de l'E 3.

© La Libre Belgique 2001