Wauters rêve à domicile

Le Belge Marc Wauters a vécu un rêve éveillé en gagnant dans son pays la deuxième étape du Tour de France cycliste, lundi, à Anvers, et en prenant le maillot jaune.

Le Belge Marc Wauters a vécu un rêve éveillé en gagnant dans son pays la deuxième étape du Tour de France cycliste, lundi, à Anvers, et en prenant le maillot jaune.

Wauters a réglé un groupe de quinze autres coureurs avant d’être félicité par le couple royal, Albert II et Paola.

Le Français Arnaud Prétot s’est classé deuxième devant Robert Hunter, premier Sud-Africain à disputer le Tour de France, et le Néerlandais Servais Knaven, vainqueur du dernier Paris-Roubaix.

L’échappée s’est développée dans les trente derniers kilomètres, avec l’aide de quatre représentants de l’équipe Crédit Agricole travaillant pour l’Australien Stuart O’Grady, candidat au maillot jaune.

Mais Wauters a anticipé le sprint en démarrant sous la flamme rouge du dernier kilomètre. Le Belge a été rejoint par Prétot qu’il a débordé à 150 mètres de la ligne.

«C’est fantastique », a déclaré Wauters, qui a imité six ans plus tard Johan Bruyneel (directeur sportif de Lance Armstrong), le dernier vainqueur d’une étape du Tour en Belgique.

«C’est un summum », a ajouté le coureur belge, qui aura de surcroît l’immense joie de traverser avec le maillot jaune sur les épaules son village de Lummen, mardi, au 65e kilomètre de la troisième étape.

Agé de 32 ans et professionnel depuis 1991, le lauréat du jour court pour l’équipe néerlandaise Rabobank depuis 1998. Il compte notamment à son palmarès Paris-Tours 1999, une course de Coupe du monde.

A près de 48 km/h

Sur les bords de l’Escaut, où était jugée l’arrivée, le peloton réglé par l’Estonien Jaan Kirsipuu a franchi la ligne avec un retard de 22 secondes.

Mais plusieurs coureurs (Laurent Roux, Unai Etxebarria) ont été retardés par des chutes dans cette étape de 220,5 kilomètres menée à près de 48 km/h avec l’aide d’un vent favorable et sans le moindre relief entre Calais et Anvers.

En Belgique, le public, présent en masse sur le bord de la route, a fêté le Tour qui reste deux jours cette année au pays d’Eddy Merckx.

Pour la petite histoire, Paul Van Hyfte a amusé toute la caravane par ses exubérantes démonstrations de joie quand il a salué sa famille et ses supporteurs aux alentours du 160e kilomètre.

Avant d’être repris par le peloton, le Belge, redevenu sérieux, a pris le sillage ensuite de trois coureurs partis à l’attaque, l’Allemand Jens Voigt, l’Italien Matteo Frutti et le Néerlandais Servais Knaven, dernier vainqueur de Paris-Roubaix.

Le quatuor a été repris à une trentaine de kilomètres de l’arrivée par un groupe de douze contre-attaquants (Dekker et Wauters d’abord, Verbrugghe, Prétot, Julich, O’Grady, Morin, Hunter, Verstrepen, Basso, Bramati, Milesi) qui a gardé le peloton à distance.

Au classement général, Wauters précède désormais O’Grady de 12 sec et Knaven de 27 sec.

Le Français Christophe Moreau, qui portait le maillot jaune depuis sa victoire dans le prologue de samedi, a reculé à la quatrième place, à 27 secondes également.

Kirsipuu, qui s’était rapproché à 1 seconde de Moreau par le jeu des bonifications en cours d’étape, a vu ses espoirs de maillot jaune s’envoler à l’arrivée. Il s’est consolé avec le maillot vert du classement par points.

Mardi, troisième étape de 198,5 kilomètres entre Anvers et Seraing (près de Liège), avec trois côtes de troisième catégorie dans les 35 derniers kilomètres et une arrivée jugée en montée. (AFP)