Championnat du monde du contre-la-montre: Tony Martin vise la passe de quatre

Avec un quatrième titre mondial, l’Allemand rejoindrait Fabian Cancellara, qui ne s’aligne pas ce mercredi.

German Tony Martin of team Etixx - Quick-Step pictured during a training ahead of the 2016 UCI World Road World Cycling Championships in Doha, Qatar, Friday 07 October 2016. BELGA PHOTO YORICK JANSENS
German Tony Martin of team Etixx - Quick-Step pictured during a training ahead of the 2016 UCI World Road World Cycling Championships in Doha, Qatar, Friday 07 October 2016. BELGA PHOTO YORICK JANSENS ©BELGA
Q.F.

Les épreuves de jeunes, mais aussi des dames élites, l’ont montré depuis lundi : il faut savoir gérer pour avoir une chance de jouer un rôle au championnat du monde du contre-la-montre. Gérer le vent, capricieux, qui soufflera sur la route menant de Lusail, au Nord de Doha, à l’île artificielle de The Pearl. Mais aussi la chaleur, étouffante, qui a pesé sur de nombreux organismes depuis l’ouverture de ces Mondiaux.

La lutte sera donc intense, ce mercredi, entre les ténors de la discipline. Vasil Kyrienka cherchera à défendre son titre, même s’il n’a pas fait impression cette saison avec son maillot arc-en-ciel dans les chronos, puisqu’il n’a décroché qu’une troisième place sur une étape chronométrée du Tour de Valence. Les favoris seront les habituels spécialistes de l’effort en solitaire. En l’absence de Fabian Cancellara ou de Christopher Froome, il y aura l’inévitable Tony Martin, même s’il est apparu moins souverain dans ce domaine cette année. Mais le "tank" (son surnom) s’est rassuré récemment en remportant le chrono du Tour de Grande-Bretagne, son second succès dans la discipline cette année après le titre de champion d’Allemagne. Et bien évidemment dimanche, en étant un des gros relayeurs d’Etixx-Quick Step, avec laquelle il a décroché le Mondial du chrono par équipe.

Dumoulin a impressionné en 2016

Il y aura bien évidemment Tom Dumoulin, celui du plateau de favoris qui a fait le plus impression cette année dans les chronos, terminant deuxième des Jeux olympiques (derrière Cancellara), remportant ceux du Tour d’Italie et du Tour de France. Il ne faut pas sous-estimer l’Australien Rohan Dennis, lui qui a remporté le chrono du récent Eneco Tour. Même si celui-ci ne faisait que dix bornes. Il y en aura 30 de plus.

Mais l’Australien sera doublement revanchard. Car il a perdu toute chance de médaille olympique à cause d’un bris de guidon, à Rio, et qu’il a été devancé avec ses coéquipiers de BMC par les Etixx-Quick Step, lors du Mondial du chrono par équipes. L’homme se dit prêt. "Ce sera un Mondial bizarre, car la plupart des favoris ont misé sur un pic de forme au mois d’août, pour les JO, mais je me sens encore bien", a-t-il commenté.

Dans ce contexte particulier du Qatar, une surprise n’est pas à exclure avec le récent champion d’Europe Castroviejo.